İçeriğe geçmek için "Enter"a basın

Mon histoire (2)

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Mon histoire (2)On faisait l’amour tous les soirs. Ensuite mon mari s’est intéressé à mes ex. Il me demandait de relater ces aventures avec détails toujours en me léchant la chatte. Je racontais mon dépucelage avec ce garçon gentil. « il m’a déshabillée, caressé la chatte, oui je mouillais beaucoup, il a eu du mal à entrer son gros gland, j’ai écarté mes grandes lèvres pour qu’il me pénètre. Oui il m’a bien limée, non pas très longtemps, non il ne m’a pas souillée de son sperme : il a joui dans sa capote… ». Mon mari était si excité qu’il lui arrivait de jouir avant de me pénétrer. Chaque soir j’évoquais ma vie sexuelle. Il aimait beaucoup aussi mes branlettes interminables d’adolescentes quand j’imaginais me faire sauter par les amis de mon père. Mon second amant l’a rendu fou de désir. Il s’appelait Fabrice, il était banquier, roux assez massif très macho. Je l’avais rencontré chez une copine. Dragueur, il m’a faite danser et me faisait sentir son désir en collant son bas ventre contre moi. Il m’a emmenée chez lui et je me laissais baiser le premier soir. Je lui racontais ses manières très entreprenantes : il glissait sa grosse main sous ma culotte en voiture et me tripotait la chatte en roulant. Il me roulait des pelles avec vigueur à chaque feu rouge et dans le parking de son immeuble il me suçait les tétons en pelotant les seins. Arrivés chez lui, nous avons bu et flirté. Rapidement, je me suis retrouvée dépoitraillée, ma culotte à mes chevilles et tripotée de partout, lui s’arrêtant parfois pour admirer mon sexe en m’écartant les cuisses pour bien voir ma moule cachée sous ma toison brune. Il ne m’a pas léchée. A un moment, toujours sur son canapé, il s’est débraguetté et a enlevé son pantalon et son slip. Il avait un sexe assez épais de grosses couilles le tout parfaitement épilé. Mon sentiment allait entre dégoût et excitation. Il avait un long prépuce épais d’où s’échappait un filet de bave. Son gland dégoulinait d’excitation. Il a pris ma main et l’a posée sur sa bite. « branle-moi a-t-il ordonné ». J’ai obéi, sa queue était douce chaude palpitante et j’avoue que le contact m’a electrisée. Je le décalottais en le masturbant et rapidement ma main s’est recouverte couverte de sa mouille de gland. Lui enlevait sa chemise et il s’est retrouvé nu. Il s’est levé et ankara escort m’a dit de le sucer. J’ai eu un moment de flottement parce que je n’avais jamais sucé un homme mais il a saisi ma tête et s’est enfoncé dans ma bouche sans brutalité mais avec détermination. (à ce moment de mon récit, mon mari a relevé sa tête d’entre mes cuisses et a joui sur mon ventre trop excité). J’arrêtais mon récit pour la soirée. Mon mari m’embrassa tendrement, en me disant des mots doux. J’étais très troublée également et comme mon mari m’avait menée proche de l’orgasme je ne pus m’empêcher de me caresser le clitoris en gémissant (J’ai fait ce soir là ce que je n’ai jamais fait devant mon mari). J’ai joui en gémissant pendant qu’il m’embrassait, j’étais si heureuse. Chaque soir, je continuais mes récits. Fabrice donc. Il a planté sa bite dans ma bouche vierge. Il sentait fort le mâle et son gland qu’il a décalotté dans ma bouche était si doux, j’avoue que la sensation était très agréable même si, très excité il pénétrait ma bouche de façon un peu brutale. Il me disait « tu suces bien chérie » (j’avoue que j’étais assez fière de ce compliment). Il est resté longtemps dans ma bouche puis m’a demander de lui lécher ses grosses couilles lisses. Odorantes aussi, je faisais du mieux que je pouvais en étant la plus délicate possible, mais ses couilles balottaient contre mon visage car il se branlait vigoureusement en grognant. Il m’a caressé le visage avec sa bite devenue très raide et toujours aussi gluante. Mon visage était couvert de sa mouille. Il m’a relevée et embrassée « hummm tu sens la bite c’est bon ». Enfin il m’a dit de me déshabiller pendant qu’il se branlait vautré sur le canapé. Je me déshabillait très gênée devant lui. Une fois nue, il s’est rincé l’oeil en continuant à se masturber et à siroter son verre. Finalement après une claque sur mes fesses il a dit « allez, au lit ! ». Il m’a emmenée dans sa chambre, m’a allongée en ouvrant mes cuisses et en écartant ma vulve. Il a vite grimpé sur moi et avant que je me demande ce qu’il allait faire, sa bite remplissait mon vagin, je poussais un gémissement de surprise et il a grogné de satisfaction « t’avais envie de ça hein ? T’aime trop la bite toi… Tiens prends la bien… » Je n’ai pas du tout aimé sa façon de parler mais je me ankara escort bayan laissais empaler par cet homme rencontré deux heures avant. Son corps massif sur moi il me roulait des pelles en grognant des cochonneries pendant que sa queue me fouillait « oh c’est bon de te piner, elle est bonne ta moule, retourne toi ». Puissant il me saisit me mit à 4 pattes et me pénétra à nouveau sans ménagement en me tenant les hanches fermement. Il m’a baisée avec application, faisant claquer ses cuisses sur mes fesses, en me pelotant le corps, les seins. Il s’est arrêté : « Tu te laisses enculer ? » « non ! » j’ai répondu immédiatement effrayée par cette proposition. « Tu veux pas essayer ? j’ai envie de ça » j’ai encore répondu « non ! » sans équivoque. Contrarié, il a replanté sa bite dans ma chatte et a repris sa baise frénétique. Sa bite glissait bien dans mon vagin distendu, il m’a claqué le cul, j’ai poussé un cri de surprise. « hmmm c’est bon hein cochonne ? » Je le laissais se faire du bien en moi, je n’aimais pas sa vulgarité mais sa queue me donnait une sensation inconnue de plénitude dans mon ventre. Je me cambrais même pour le laisser me pilonner à fond et je sentais ses couilles battre contre ma vulve. J’avoue que j’aimais bien ça quand même. Après un temps il est sorti et m’a demandé de le sucer « finis moi dans ta bouche ». Je l’ai sucé à nouveau, l’odeur de sa bite de cochon se mélangeait au parfum de ma mouille, je me suis sentie putain, salope, trainée pendant qu’il baisait ma bouche. J’ai senti son plaisir monter, il ne m’a pas demandé si il pouvait éjaculer dans ma bouche mais ça ne me souciait pas, à vrai dire j’avais envie qu’il finisse, et de rentrer chez. Il a poussé un long grognement « ah je viens salope ! » mais plutôt qu’inonder ma bouche il est sorti et a aspergé mon visage. Prise au dépourvu, j’ai reçu ses giclées de sperme sur la bouche, les joues, le front et les cheveux en fermant les yeux pendant qu’il râlait de plaisir. C’était chaud, doux et le sperme dégoulinant de mon front jusqu’au menton me faisait une caresse très sensuelle. Mais après quelques instant, le sperme a refroidit, l’odeur forte s’est imposée, et je me suis sentie vraiment humiliée, honteuse, souillée. Après un moment, j’ouvrais délicatement les yeux. Lui allongé à coté escort ankara de moi fumait l’air satisfait. Je lui demandais la salle de bain. Dans la glace, je me suis vue dégoulinante du sperme d’un presque inconnu, mon rimel coulait avec les trainées blanches gluantes. Je me débarbouillais, essuyais la semence dans mes cheveux, et me rinçais la bouche. Je ne voulais évidemment pas passer la nuit chez ce type, je me rhabillais, remettant ma culotte sur ma chatte encore gluante. J’allais dans la chambre pour lui dire au revoir. Il me lança un bref salut sans même me raccompagner. Pas très romantique je me disais dans le métro mais tu as eu ce que tu as voulu… J’ai pensé qu’il avait bien raison de me traiter de salope parce que je me sentais vicieuse. Bref rentrée chez moi je me blottissais dans un bain chaud puis dans mon lit. A ce stade du récit mon mari avait déjà joui sur ma cuisse au moment où Fabrice éjaculait sur mon visage. Comme tous les soirs maintenant j’étais très excitée et me faisait jouir avec mes doigts pour le plus grand plaisir de mon mari. Il me demandais si je l’avais revu. Oui, toujours chez la même copine. . Il m’a dévisagée toute la soirée, complice. J’ai senti qu’il avait de nouveau très envie de me sauter. Il m’avait proposée de me raccompagner mais je déclinais l’invitation. Je rentrais seule, mais enfin au lit je me faisait jouir comme une folle avec les doigts en pensant à Fabrice. Je ne l’ai plus jamais revu mais il a longtemps hanté mes fantasmes dans lesquels il me traitait comme une salope alors qu’il avait une tête de cochon sur son corps d’homme et j’avoue que cela m’excitait énormément. Cette aventure excitait encore davantage mon mari. A sa demande, je lui racontais de nombreuses fois cette soirée et pendant plusieurs semaines mon mari jouissait sur mon visage comme le gros cochon l’avait fait. J’avais connu bibliquement deux autres hommes avant de rencontrer mon mari. Un copain régulier, Baptiste, chez qui j’ai habité pendant presque un an. Nos relations sexuelles étaient très classiques, j’y trouvais mon compte parce qu’il était tendre mais ce n’était pas l’extase. C’est moi qui l’ai quitté, au bout de l’ennui. Du coup, cette relation n’excitait pas beaucoup mon mari même si, avant lui, Baptiste est l’homme avec qui j’ai fait l’amour le plus souvent le plus souvent, il m’avait même sodomisée quelques fois après des soirées arrosées. Non, ce qui l’excitait vraiment c’était d’imaginer me faire sauter par Fabrice le gros roux avec ses grosses couilles et sa bite gluante.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan siz olun

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

illegal bahis canlı bahis siteleri casino siteleri canlı bahis kaçak bahis bahis siteleri mersin escort bursa escort görükle escort bursa escort ısparta escort karabük escort karaman escort karşıyaka escort kaş escort kastamonu escort kayseri escort kırıkkale escort kırklareli escort kırşehir escort porno izle serdivan escort adapazarı escort sakarya travesti