İçeriğe geçmek için "Enter"a basın

Un pervers sous contrôle

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Un pervers sous contrôleEn 2050, le monde a changé suite à «metoo » et la révolution féminine. Les femmes ont maintenant le contrôle, les hommes ont été réduits à des citoyens de seconde classe, nous sommes tous des esclaves et devons obéir totalement aux femmes. Nous avons un code vestimentaire, nous devons garder nos corps rasés et lisses du cou aux chevilles, nous ne sommes autorisés à nous habiller que dans des mini-jupes très courtes, sans haut ni sous-vêtement.Les femmes ont le droit d’ordonner à tout homme qu’elles croisent dans la rue de relever sa jupe et de se branler devant elles alors qu’elles le ricanent et l’insultent. L’homme doit jouir dans sa main, puis avaler son propre foutre ou bien le frotter sur le visage. D’autres femmes qui passent insultent l’homme et le frappent, les hommes qui passent ne doivent pas regarder, ils doivent garder les yeux baissés, tout homme qui regarde, même brièvement, risque un fouet public parce que la plupart des femmes portent des fouets. Les femmes ont également le droit d’ordonner à tout homme de retirer sa jupe et de se faire fouetter en public. Certaines femmes portent des cordes et attachent souvent l’homme à un lampadaire pour le fouetter. Parfois, elles le laissent attaché au lampadaire une fois terminé, prêt à être fouetté à nouveau par toute autre femme qui passe. Bien sûr, quand on le laisse comme ça, non seulement il a d’autres coups de fouet, mais il est également insulté, frappé et frappé dans les couilles.Je marchais souvent dans les rues avec un talon haut sous la jupe, le renflement encourageant les femmes à s’occuper de moi quand elles le voyaient. En tant que pervers, j’aime vraiment me faire branler en public, avaler mon sperme, j’adore l’humiliation publique et être sévèrement fouetté en public.Mais je suis tellement pervers que je ne peux pas contrôler mes envies, je suis un branleur, alors je me branle souvent devant des femmes dans les parcs sans me demander ce qu’il en est de cette société. Sous le nouveau régime, les délinquants sexuels sont traités avec la plus grande brutalité. Par exemple, tout délinquant sexuel est castré publiquement. Au centre de la ville se trouve un grand poteau auquel l’homme est attaché, puis il est castré sans aucun anesthésique ; au contraire, il reçoit des injections pour accentuer la douleur. La place est toujours pleine de personnes regardant les castrations, beaucoup de femmes bien sûr, mais nous les hommes nous devons regarder comme un avertissement. Les castrateurs (les femmes bien sûr) castrent la victime très lentement pour donner le maximum de douleur, puis il est obligé de manger ses propres testicules devant tout le monde. Il finit en prison où il est battu et subis divers sévices jusqu’à sa mort. .Les branleurs dans mon genre sont traités avec plus d’indulgence… Tout dépend si vous êtes un branleur récidiviste ou s’il s’agit d’une seule infraction… Je suis tombé dans la première catégorie.J’avais l’habitude d’aller dans les parcs, d’enlever ma jupe et de me branler devant des femmes et des adolescentes. Leurs réactions n’étaient pas les mêmes que celles qu’elles auraient eues trente ans auparavant (c’est-à-dire hurler et s’enfuir), non, maintenant les femmes att****nt le branleur le tabassent et l’insultent, réaction que j’aimais beaucoup, que je jouissais souvent elles m’ont donné des coups de pied. Une fois qu’elles m’avaient donné un bon coup de pied, elles s’éloignaient tout en jetant des insultes. Mais un jour, je me suis masturbé sur deux jeunes femmes dont la réaction était différente.J’étais cachée dans les buissons, nue, caressant mon sexe jusqu’à érection, quand j’ai entendu des voix de femmes descendre le long du chemin sinueux. Là, trois jeunes femmes dans la vingtaine, j’attendais qu’elles se trouvent à quelques mètres de là, sortaient bahis firmaları des buissons, restaient debout, les jambes écartées et me branlaient furieusement. Leurs réactions ont été rapides. L’une d’elles s’est avancé et m’a donné des coups de pied dans les testicules. J’ai crié et je suis tombé au sol. Elles se sont rassemblés autour de moi, me donnant des coups de pied, des coups de poing, des insultes, j’ai continué à me branler tout en me faisant tabasser et très vite jouis sur le sol. Leur colère redoublant, elles me donnèrent encore plus de coups de pied. Après cinq minutes, elles me tirèrent sur mes pieds, deux d’entre eux me tenaient pendant que l’autre téléphonait à la police.Les policiers sont arrivés rapidement (dans cette société, tous les policiers sont des femmes), elles m’ont méprisé avec dégoût, menotté mes poignets derrière mon dos, enchaîné mes chevilles puis fouetté mon corps alors que je me dirigeais lentement vers la voiture de police. À partir de ce moment, j’ai toujours été nue, les pervers ne sont pas autorisés à porter des vêtements.J’ai passé la nuit dans une cellule, toutes les heures environ, des femmes policières sont venues dans la cellule pour me fouetter et me frapper. Le lendemain, j’ai été conduit au tribunal, nu et enchaîné, pour y être condamné. Les femmes juges ont écouté avec dégoût alors que plus de vingt femmes devant lesquelles je m’étais branlé se présentaient pour témoigner, mon visage brûlant de honte alors qu’elles racontaient mes perversions au tribunal. Après une courte délibération, la phrase a été prononcée. J’ai été fait pour rester.Vous êtes un pervers dégoûtant “, m’a dit le juge en chef,” Votre exposition répétée de votre sale pénis nous a laissé sans voix et ceci est totalement inacceptable. Nous considérons que vos actes pervers sont une insulte à toutes les femmes et une menace à l’ordre public. Nous avons donc décidé de vous traiter très sévèrement. Alors voici votre sentence…1 – Immédiatement, ici et maintenant, vous serez ramené au centre de ce tribunal et chacune de vos victimes donnera un coup de pied dans vos testicules à dix reprises.2 – Demain matin, vous serez emmené sur la place et suspendu au pilori de castration. Vous serez laissé là toute la journée pour être fouetté, frappé et insulté par toute femme qui souhaite vous punir.3 – Vous serez ensuite conduit en prison où vous resterez pendant deux ans avec des instructions données aux gardes pour qu’ils vous traitent très sévèrement.4 – À la fin de votre peine de prison, vous serez ramené au pilori et publiquement castré.5 – Après la castration, votre existence sera vendu aux enchères pour devenir l’esclave de femmes cruelles pour le reste de votre vie misérable… quelle que soit votre durée de vie… votre maîtresse est bien sûr autorisée à vous tuer si elle le souhaite… en privé ou en public.6 – Naturellement, à partir de maintenant, vous resterez nue en permanence avec les testicules bien attachés.« Gardes, commencez la phase 1 de la sentence »J’ai sangloté lorsque les deux gardes m’ont traîné de la boîte au centre du terrain et ont attaché un écarteur de jambe entre mes chevilles. Les 20 femmes se sont alignées et chacune a donné dix coups sec et violent dans mes testicules. Les gardes m’ont maintenue fermement alors que je me débattais et que je criais, que dis-je hurlais de douleur, les autres femmes au tribunal applaudissaient et applaudissaient en criant des insultes. À la fin, mes boules étaient gonflées et noires, les gardes les ont ensuite attachées très fort, m’ont traînée vers les cellules et m’ont enchaînée à un mur. Pendant le reste de la journée et de la nuit, des policières sont venues dans ma cellule pour me fouetter et me donner des coups de pied dans les couilles étroitement liées.Le lendemain matin, de bonne kaçak iddaa heure, j’ai été conduit sur la place de la ville et suspendu par les poignets au pôle avec un écarteur de jambe entre mes chevilles. Pendant toute la journée, des femmes sont venues me fouetter, certaines sont même venues avec des aiguilles et ont percé mes couilles, d’autres ont emmené leurs esclaves mâles et les ont conduites à face à moi en public. À la fin de la journée, tout mon corps, le dos et le devant, du cou aux chevilles, était couvert de marques noires, bleues et saignantes laissées par les coups de fouet vicieux, mon trou du cul coulait et mes testicules avaient étaient percées par plus de cent aiguilles. Je pleurais . Lorsque les gardes sont venus me chercher ce soir-là, ils ont tiré les aiguilles de mes couilles une à une, me faisant très lentement hurler de douleur, au grand amusement des femmes qui passaient. Ensuite, j’ai été conduit à la prison.À mon arrivée à la prison, j’ai pu remarquer que les matons de la prison étaient tous des femmes. Elles m’ont méprisé avec dégoût et m’ont giflé lorsque mes coordonnées ont été inscrites sur le registre de la prison. On m’a donné une mince couverture (rien d’autre) et on m’a conduit dans la p jusqu’à ma cellule. Tous les autres prisonniers savaient que j’étais un délinquant sexuel parce que j’étais nu, les autres prisonniers «normaux» étaient autorisés à garder leurs jupes. Mes poignets et mes chevilles étaient enchaînés, je ne pouvais donc que marcher lentement le long de l’aile. Tous les gardes portaient des fouets courts mais épais en cuir. Ils m’ont tout de même roué de coups, me criant de me dépêcher, tandis que les hommes m’humilier et m’insultaient. Elles m’ont conduit dans une cellule au bout de l’aile et m’ont jeté à l’intérieur. C’était une cellule de trois hommes et mes deux compagnons de cellule étaient d’énormes noirs musclés.« Amusez-vous bien», rigola l’une des gardes alors qu’elle enlevait mes chaînes et fermait la porte de la cellule.Sans un mot, ils se levèrent et enlevèrent leurs jupes. Leurs penis, bien qu’à moitié durs, étaient énormes, plus de 20 cm de long et très très gros. Ils me force à me mettre à genoux et là il y en a un qui enfonce sa queue dans ma gorge. Il me tenait fermement par la tête, tout en me baisant la bouche brutalement, sa queue durcie dans ma bouche, étendant ma mâchoire au maximum de sa capacités et m’étouffant alors que sa gland enomre était enfoncée dans ma gorge. Son ami restait là à regarder, caressant son énorme queue rasée jusqu’à l’érection complète. La porte de la cellule s’ouvrit et les deux gardes entrèrent. L’une d’elles plaça deux fouets courts et lourds et quelques cordes sur une table.«Une fois que vous avez fini de le violer, attachez ce bâtard et donnez-lui une bonne raclée», a-t-elle déclaré. «Nous voulons entendre ses cris résonner dans le bâtiment entièr, sinon ce sera vous deux qui seront punis. Compris !! L’autre femme est allée vers l’autre black et a pris sa queue dans sa main.”Mon dieu mon dieu” dit-elle, “C’est une très belle bite,” La prochaine fois que nous serons de nuit, nous devrons utiliser ce monstre “”Bien sûr mademoiselle” dit-il, “Tout ce que vous voulez Mademoiselle””Et vous feriez mieux de nous donner du plaisir”, dit l’autre femme, “Sinon, vous obtiendrez une flagellation publique que vous n’oublierez pas avant longtemps”Les gardes sont partis, le premier mec a juté dans ma gorge, il a été remplacé par l’autre autre mec, il a enfoncé son énorme bite au fond de ma gorge et pris ma tête entre ses mains et violé ma bouche encore plus fort. Après qu’il ait éjaculé, ils m’ont attaché au lit superposé et fouetté pendant plus d’une heure. Mes cris ont résonné autour de la prison. Les autres prisonniers ont applaudi et applaudi, en criant des kaçak bahis insultes. Après avoir la séance de fouet, ils m’ont laissé tomber et m’ont plaqué sur table, puis ils m’ont violé encore et encore toute la nuit.Le lendemain matin, j’ai été transféré dans la cellule suivante. Je suis resté avec eux pendant 24 heures. À plusieurs reprises, j’ai été battu et violé. Pendant les deux années suivantes, je me suis retrouvé dans toute la prison, un jour dans chaque cellule. Au moment des exercices quotidiens, on me conduisait dans la cour avec les poignets menottés derrière moi et tous les prisonniers me battaientÀ plusieurs reprises, les gardes m’emmenaient la nuit dans la salle de torture située au sous-sol. Ils ne m’ont pas castré parce que les juges avaient ordonné que je sois castré en public à la fin de ma peine. Au lieu de cela, ils m’ont torturé horriblement. Ils m’ont circoncis lentement (sans anesthésie bien sûr), ils ont percé ma queue et mes couilles et mes seins avec des aiguilles chaudes, étirer mon anus avec des ecarteurs anaux. Six mois avant ma « sortie », on m’a administré des injections d’hormones pour me faire grossir les seins, on m’a également posé des anneaux énormes au tetines ainsi qu’un anneau dans mon nez et pour fini les gardes mon posé un Prince Albert au bout de penis flasque et inutile.Quand je suis sorti, j’ai eu les seins d’une adolescente, mon corps et mon âme était complètement brisé et ma bite était maintenant totalement inutile, a causes des hormones et des mauvais traitements je ne pouvais plus être avoir d’érection. J’ai été très peu nourri pendant ces deux années, la plupart du temps, une assiette de merde et un verre de pisse que je devais manger devant les gardes et les autres prisonniers, je faisais maintenant un petit 36. Ma peine terminée, j’ai été conduit sur la place de la ville et attaché au pilori de castration.La place était pleine, beaucoup de femmes avaient emmené leurs esclaves mâles voir ma castration pour les avertir de rester sage et obéissant. Les castrateurs ont commencé par ouvrir mes bourses, de haut en bas, avec un scalpel. La douleur était terrible, j’ai crié.Mes cris d’agonie résonnaient dans toute la ville et je me tordais dans mes liens alors que les femmes applaudissaient et que les hommes s’effondraient. Les castrateurs ont ensuite coupé les testicules lentement avec une paire de ciseaux et les ont placées dans une poêle à frire. Pour finir, ils ont cousu mes bourses puis m’ont détaché du poteau.Avec un camping gaz, elles m’ont fait cuire mes couilles puis je dus les manger devant l’assemblée. Quand j’ai eu fini, ils m’ont attaché les mains derrière le dos et la juge est monté sur l’estrade.«Ok Mesdame» dit-elle dans le micro, «Si vous voulez acheter ce pervers, un branleur récidiviste, en tant qu’esclave, les enchères commencent à 200 euros». Les femmes renchérissent, les enchères ont atteint 1000 euros et j’ai finalement été vendue à un couple de jeunes lesbiennes. Elles ont payé la somme a la commissaire-priseur, m’ont accrocher une laisse a mon anneau nasal et m’ont traînée dans les rues jusqu’à leur maison tandis que les autres femmes me fouettaient, m’insultaient et me crachaient dessus.Arrivé chez elles, j’ai été mis dans une cage dans leur cave, dans cette il y avait également deux autres cages contenant leurs deux autres esclaves.Je suis leur maintenant esclave depuis deux ans, depuis je leurs sert de chien de compagnie, je ne suis pas digne de faire le service et le ménage.Mes maitresses m’ont fait enlever les cordes vocales pour que je ne puisse plus parler, mes talons d’Achilles ont été sectionné de sorte que je ne peux plus me tenir debout, je me déplace donc à quatre patte comme un bon chien.De temps en temps mes Maitresses dans infinis bonté me font saillir par leurs deux autres esclaves.Mes maîtresses m’ont ordonné d’écrire ce texte comme un avertissement à d’autres pervers masculins, afin de leur dire de rester humbles polis et serviable envers les femmes, sinon voilà ce qui va vous arriver !!!

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan siz olun

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

illegal bahis canlı bahis siteleri casino siteleri canlı bahis kaçak bahis bahis siteleri bursa escort görükle escort bursa escort gaziantep rus escort antep escort gaziantep escort maltepe escort