İçeriğe geçmek için "Enter"a basın

histoire de Nathalie 4

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

College

histoire de Nathalie 4Le lendemain Justine la boule au ventre alla sonner au manoir. Un homme vint lui ouvrir qui se présenta d’emblée comme Maître Laurent. Elle frissonna au nom de maître …tout ces délires sadomasochistes lui faisaient peur…Ils allèrent s’installer dans un salon aux fauteuils moelleux et y prirent un café.M. Laurent s’enquit des raisons de sa présence. Elle lui raconta ses expériences malheureuses avec les hommes, les faux espoirs, ceux qui ne cherchaient qu’un logement, ou juste « tirer un coup » …Elle avait l’impression d’être la copine que ses ex se refilaient quand leurs libidos les démangeaient tropet qu’ils rejetaient une fois leurs instincts primaires assouvis…Elle se mit à pleurer. M Laurent la laissa faire. Quand elle eut fini il demanda :?Qu’es tu prête à faire pour trouver l’amour ??Je ne sais pas …quand je vois mon frère et Mélissa ainsi que mes parents je les envie…?Mélissa a donc trouvé l’âme sœur ??Oui et on peut dire que ça marche fort entre eux…?je suis heureux pour elle, car elle le mérite…?vous voulez dire que je ne mérite pas ??Ne détournes pas mes paroles…Mélissa a pris beaucoup sur elle …quand elle est arrivée ici, elle était littéralement détruite par l’attitude d’un sale type dont elle s’était amouraché. Tu peux me croire ,il ne la méritait pas…Elle a passé des journées entières à pleurer. Je lui ai alors proposé un challenge. Elle a eu le cran de me dire « chiche » et de ce jour là elle a changé. Si tu savais ce que je lui ai fait faire durant sa thérapie tu m’insulterai…pour tout dire ça n’a pas été facile pour elle et pas toujours pour moi non plus…elle commençait à aller mieux quand ta mère m’est pour ainsi dire tombé dans les bras . En tout bien tout honneur, je te raconterai…j’ai vu de suite ce qu’elles pouvaient s’apporter et je crois qu’on peut dire que l’alchimie a fonctionné…Pour ton père cela a été beaucoup plus facile. Il était juste comment dire ? Engourdi , oui c’est ça en léthargie…Ses progrès ont été fulgurants…?Je ne sais quoi dire…vous croyez que vous pouvez m’aider à avoir une relation stable avec un garçon ??Au vu de la famille, je dirai que la base est bonne la taquina t il cependant si tu prends un engagement ici tu dois t’y tenir. Je ne force jamais personne à quoi que ce soit, mais je ne veux pas perdre mon temps il y a tant de détresse affective en dehors de ces murs que je ne puis me le permettre…?c’est à dire que je n’ai que deux semaines de vacances…?ça veut dire que tu es d’accord ??Oui, mais seulement pour quinze jours…?après tu verras tu sera en auto-thérapie…ce sera à toi à voir ce qui te convient ou pas. Signes ce document…on commence maintenant ??Ben maintenant que je suis là…?tu verras, on transforme légèrement ton corps pour que ton esprit oublie celui de tes échecs c’est la partie psychologique si tu vois ce que je veux dire…Rapidement elle fut installée sur le fauteuil de coiffeur. Geneviève officiait en l’absence de Mélissa. Maquillage, ongles. Prise de sang. Puis rasage du pubis, tatouage et piercings. Elle avait choisi un fléau de justice comme tatouage : elle estimait que justice devait être rendu à son nouveau corps. Le piercing sur le capuchon du clitoris lui fit beaucoup moins mal que ce qu’elle n’avait redouté, celui sur le sein droit passa comme une lettre à la poste. Tout comme sa mère quelque temps auparavant elle reçut une nouvelle garde-robe ainsi que la brochure explicative sur l’hygiène des piercings. Elle s’admira dans le psyché. Si maintenant les garçons ne s’intéressaient pas à elle c’était à n’y rien comprendre…Maître Laurent la félicita pour son courage et la complimenta sur sa beauté.?Que refuserais-tu à ton petit ami s’il te le demandait ??Les trucs tordus du style Bdsm…?Sais tu que souvent les deux partenaires de ce genre de pratiques en éprouvent énormément de plaisir …tu as déjà essayé la sodomie ??Oui j’ai eu un copain que cela branchait, en fait il ne pratiquait que cela avec moi…ça ne m’a jamais fait jouir…et du coup je ne suis pas prête à recommencer.?J’ai l’impression que tu étais tombé sur un nul…on en reparlera…du coup j’imagine que deux hommes simultanément…?ah non c’est vicieux ça !?La fellation ??Ça j’aimais plutôt bien…?c’est un bon point cela ! Tu as un moyen de contraception ??Oui un stérilet pour les relations durables autrement dit en ce moment il ne sert à rien sinon je prends des préservatifs pour les soirs “d’aventure”… la peur du Sida…?Écoutes la matinée est bien avancée, je vais devoir te laisser. Geneviève ! Peux-tu mettre des boules de geisha et un plug à notre jeune amie ?Justine avait entendu parler de ces « instruments » . Elle en redoutait un peu l’intromission , et fut étonnée que cela passe aussi facilement. Geneviève la raccompagna à la porte et lui souhaita une bonne journée. En marchant, de douces ondes de plaisir lui parcouraient le corps…elle se dit qu’elle allait jouir avant d’atteindre l’aubette de bus, mais il n’en fut rien, juste cette agréable sensation…elle avait également peur que ses muscles ne retiennent pas les « objets » et elle ne pouvait pas compter sur le string pour le faire. Elle sourit en pensant à la tête que feraient les vieilles dames autour d’elle dans le bus si les boules de geisha tombaient à terre. Quand elle rentra il n’y avait personne à la maison. Sa mère était déjà en route pour le travail . Guillaume avait appelé la société conseillée par Mélissa et au vu de son CV rendez-vous avait été pris aussitôt. Ce qui lui plaisait c’est que comme c’était une société locale, il serait sur de voir Mélissa durant toute les vacances d’été…Le travail proposé lui plut d’emblée, de plus cette société n’utilisait que des produits bio et aucun a****l ne servait de cobaye…Bien que le salaire ne fut pas mirobolant il promit de réfléchir et de donner une réponse dans la semaine…Une fois son rendez-vous terminé, il fila rejoindre Mélissa durant sa pause…comme il n’y avait personne, ils firent l’amour dans le sauna…Justine avala donc un repas léger, puis fila dans sa chambre. Elle s’allongea sur son lit et se mit à jouer avec son corps…Julien était passé au manoir. Maître Laurent l’avait écouté avec attention lui narrer les événements de la nuit passée…* j’aimerai faire une surprise à Nathalie, quelque chose à laquelle elle ne s’attende pas…Elle m’a dit avoir fait l’amour avec deux hommes en même temps et euh comment dire? j’aimerai voir cela…ça vous parait bizarre??Tu sais dans les relations humaines, rien ne me semble “bizarre” comme tu dis…tu connais le club le Saphir ??Ce n’est pas un club libertin à la sortie de la ville ??Si c’est cela…il est tenu par un couple d’amis, l’hygiène y est irréprochable. Tu pourrais y aller avec Nathalie ce week-end et laisser d’autres hommes lui faire l’amour…?Je ne sais pas si elle sera d’accord bredouilla Julien ?A toi de la persuader..?ça va bien maintenant pour nous deux , je ne voudrais pas tout casser avec un désir aussi pervers de ma part…?c’est pour tester cela justement que je te propose cet endroit…notes bien que je te propose cet endroit car je sais que les gens qui le fréquentent sont sains dans leurs corps et dans leurs têtes…et ton idée n’est pas perverse comme tu dis…Très bonne ,initiative même dirais-je?c’est à dire que nous avons tous les deux des métiers ou nous côtoyons beaucoup de gens…?Ils distribuent des loups à l’entrée, anonymat garanti…?je vais essayer de la convaincre…?je croyais que tu avais décidé de prendre des initiatives et je vois que tu abandonnes vite !?Je lui ferai la surprise en ce cas, tant pis si après cela elle me jette?je ne crois pas qu’elle te jettera, bien au contraire…Julien rentra chez lui avec une boule au ventre…lui dire, lui faire la surprise ???.les femmes sont parfois imprévisibles et même si l’autre jour elle avait lâché avoir fait l’amour avec deux hommes en même temps, lui n’avait pas assisté à la scène de l’adultère tout comme elle ne l’avait pas vu seul avec Mélissa. Tout à ses pensées il était arrivé à la maison. Guillaume et Justine s’affairaient à préparer le repas en suivant les fiches de Mélissa. Il les embrassa distraitement puis fila dans son garage pour finir une bricole…Mélissa arriva une bonne heure avant Nathalie et les trois jeunes gens purent discuter . Guillaume était étonné des « concessions » faites par sa sœur pour conquérir l’amour et il se rendit compte à quel point elle était malheureuse.Pour ne pas la faire souffrir d’avantage ils n’évoquèrent pas leur « ballade dans les bois » ni la « visite » au sauna…Mélissa demanda à voir le corps de son amie. Celle-ci rougit. Mélissa lui dit que dans son métier elle en voyait des tas et qu’ils étaient souvent moins bien foutus qu’elle…Elles s’éclipsèrent donc dans la salle de bain et Justine ôta sa robe. Mélissa la complimenta, puis lui demanda si son plug ne la gênait pas. Justine piqua de nouveau un fard en lui avouant que non et que conjugué aux boules de geisha elle ressentait parfois de doux moments de plaisir…Mélissa souriait. Elle lui claqua un petit baiser sur la joue en lui disant qu’elle était sur la bonne voie, puis elle sortit de la salle de bain après lui avoir donné rendez vous pour une séance d’épilation laser le mercredi suivant.A son retour du travail Nathalie trouva son mari et sa fille préoccupés. Elle s’enquit auprès de sa fille de sa visite au « manoir » mais les réponses de celle-ci restaient évasives. Comprenant qu’elle n’en saurait pas plus elle changea de sujet de conversation .Nathalie aurait souhaité faire l’amour ce soir-là mais son mari prétexta une dure journée le lendemain … Elle eut du mal à trouver le sommeil d’autant qu’elle entendait Guillaume et Mélissa qui s’agitaient dans leur chambre.le lendemain Justine retourna de bonne heure au “manoir”. Elle se trompa d’arrêt de bus et comme on était hors-période scolaire, plutôt que d’attendre elle décida de marcher. L’air était frais, le soleil pointait déjà haut dans le ciel et ses “bijoux ” lui massait délicatement son intimité si bien qu’arrivée chez Maitre Laurent elle était pour le moins émoustillée.Devant un café, maitre Laurent s’enquit de ses désirs pour la journée. Comme on saute dans le grand bain elle se lança:*si cela peut m’aider à progresser en matière d’amour, je voudrais essayer de faire l’amour avec plusieurs hommes…je ne promets rien ajouta-t-elle un peu sur la défensive*dommage ça commençait bien…je crois que ton problème est le manque de confiance en toi…mais soit! Déshabilles toi!*ici?*oui! là encore, tu as un corps magnifique, cesses de jouer les mijaurées…Elle ôta sa robe, laissant apparaitre un corps de rêve .*Tournes sur toi même…Pour le plaisir de Maître Laurent elle esquissa même une sorte de pas de danse. Les boules de geisha se rappelèrent à elle et elle rougit de confusion, pensant que Maitre Laurent savait d’ou venait son émoi…*voilà, je t’aime mieux comme cela…*enlèves ton string à présent…elle s’exécuta sans rechigner assez satisfaite de plaire ainsi…* voilà, approchesElle s’exécuta, fermant les yeux…elle sentait le souffle de l’homme sur sa peau. Un frisson la parcourut…Délicatement il lui enleva ses boules de Geisha et son plug. Elle y était tellement habituée à présent qu’elle ressentait comme un “vide”.*à présent je vais te bander les yeux…* ouiD’un seul coup, cette impression d’être dominée ne la répugnait plus, elle voulait plaire et donner du plaisir et ainsi, du moins elle le devinait, elle même aurait du plaisir, non pas le plaisir d’un moment de “baise” comme elle disait, mais celui plus intense de la fusion de deux esprits à travers la fusion de deux corps…Maitre Laurent lui mit un bandeau sur les yeux, mais ses craintes s’étaient envolées, il ne restait que l’attente de la « découverte » elle sentit des présences qu’elle devina masculines auprès d’elle. Elle savait que d’un mot elle pouvait tout arrêter, mais sa décision était prise…Des doigts la frôlèrent délicatement, caressant sa peau, titillant un sein, puis remontant le long de ses cuisses. D’emblée elle écarta les jambes pour faciliter ces douces caresses. Celles-ci se firent plus précises, plus insistantes. L’excitation la gagnait. Combien étaient ils, qui étaient ils? elle ne le saurait sans doute jamais,qu’importe, ils lui donnaient du plaisir et elle voulait à présent que cela soit réciproque. Confusément elle sentait que par le passé, sa quête d’amour n’avait été qu’une démarche égoïste et qu’elle n’avait récolté qu’à la mesure de ce qu’elle avait semé…Elle lança ses mains à la recherche des membres virils de ses partenaires. A son tour elle caressa, renvoyant le plaisir prodigué. Des lèvres se collèrent aux siennes en un fougueux baiser. Elle fut littéralement soulevée du sol et empalée sur un membre vigoureux. Elle commençait à ressentir les ondes du plaisir quand elle sentit qu’un autre sexe se présentait à l’entrée de son anus. Elle se dit que c’était maintenant ou jamais. Elle laissa faire. L’homme la pénétra tout en douceur, elle s’aperçut qu’en fait c’était elle qui avec ses mouvements du bassin faisait progresser le sexe en elle. Le plaisir vint, triomphant, balayant le reste de ses craintes. Elle se retrouva allongée sur un homme, à présent vigoureusement sodomisée par un autre, sa bouche suçait les verges qu’on lui présentait…combien jouirent en elle, combien suça t elle d’hommes ? elle n’aurait su le dire et qu’importait d’ailleurs leur nombre…Elle avait eu sa “révélation”…a son retour de la douche, Maitre Laurent l’attendait.*alors, quelles sont tes impressions?*j’ai été conne de ne pas faire cela avant…*Prête pour d’autres “découvertes”?*j’ai pris déjà beaucoup de retard je crois…*il n’y a pas d’âge pour se découvrir tu sais…à présent je vais de nouveau te bander les yeux, encore une fois tu n’as qu’à te laisser faire..Elle sentit de nouveau une présence près d’elle…Un parfum léger lui indiquait qu’une femme se tenait près d’elle. Une main caressa ses fesses, elle frémit légèrement.*Angélique murmura la femme en guise de présentation*Justine…Les caresses se succédèrent, maladroitement elle les rendait à l’inconnue puis elles s’allongèrent, les lèvres jointes dans un langoureux baiser. Leurs cuisses s’étaient ouvertes laissant les mains de l’autre découvrir d’autres horizons. Les caresses halkalı escort de Justine, timides au début se faisaient à présent plus précises et insistantes si bien que sa partenaire commençaient à montrer les prémisses d’un orgasme. Justine prit alors l’initiative de venir “brouter” le “minou” de sa partenaire et elles se retrouvèrent tête-bêche. Justine ne voyant toujours rien, faisait de son mieux, titillant du bout de sa langue le clitoris d’Angélique, ou insinuant plus profondément sa langue dans son intimité humide .Lassée de n’y rien voir, elle enleva son bandeau. Elle put ainsi mieux apprécier les “charmes” d’Angélique et aussi mieux jouer de la langue. Elle découvrit des lèvres charnues, une chatte impeccablement épilée et un magnifique anus qui l’attira irrésistiblement. Elle joua d’abord à l’humecter puis commença à y introduire sa langue. Puis elle y glissa un doigt, puis deux…Angélique s’était enhardie elle aussi et avait glissé trois doigts dans la chatte de Justine, puis voyant que celle-ci semblait favorable à une invasion complète de sa chatte, elle se lubrifia la main entière et poussa…Justine poussa un cri qui était autant de surprise que de douleur, mais elle ne put que constater que “c’était passé”…a présent la main d’Angélique allait et venait dans son vagin. Elle sentit l’orgasme venir de loin mais elle eut beau s’y préparer, elle fut littéralement foudroyée par l’ampleur de celui-ci, se cabrant, montant le bassin comme pour échapper à la prise de sa partenaire, elle finit par retomber le dos plaqué au sol dans un immense râle. Délicatement Angélique retira sa main puis vint apposer un baiser sur sa chatte dilatée…*tu sembles avoir aimé…dit elle malicieuse*oh oui! expérience à renouveler, mais pas tout de suite souffla-t-elle, j’ai l’impression que je vais marcher bizarrement quelques temps…*ça revient vite ne t’inquiètes pas…elles pouffèrent toutes les deux de rireAu “débriefing” Maitre François la félicita, précisant même qu’elle était allée au-delà de ses espérances.Elle l’interrogea sur la raison du bandeau et il lui expliqua que certaines personnes préféraient cela, au début du moins et que quelques fois cela permettait un certain anonymat pour certains patients plus timides que d’autres…Elle eut ainsi confirmation que les partenaires qu’elle avait eu étaient plus ou moins dans le même cas de figure qu’elle et cela la rassura.* oui, renchérit Maitre Laurent, ici pas de star du porno ,de surhommes ou surfemmes d’ailleurs, que des gens normaux qui viennent apprendre ici à mieux vivre leur sexualité et même pour certains à en avoir tout simplement une…Justine repartit donc le cœur léger, elle se surprit dans le bus qui la ramenait chez elle à regarder les garçons et certains ne la laissait pas indifférente, mais elle se raisonnait, se sachant encore fragile…Le fameux samedi soir arriva vite et Julien se rendit compte qu’il n’avait pas parlé à Nathalie de “l’escapade” prévue…Fébrilement sur les coups de 17 heures, il sortit en ville et acheta une robe super sexy, un micro-string et une paire de chaussures à talons aiguilles d’une hauteur vertigineuse…il revint avec ses emplettes et demanda à Nathalie de le rejoindre dans la chambre. Elle sauta de joie en voyant ses nouvelles affaires puis s’enquit de la raison de tels achats…- Nous sortons ce soir, mais la destination est une surprise…-j’ai comme l’impression que nous n’allons pas au théâtre dit elle d’un air malicieux.Ils dinèrent légèrement puis montèrent en voiture.Quand ils furent arrivés à destination Nathalie n’en croyait pas ses yeux. Julien redoutait sa réaction. Mais elle se mit à sourire et confia à son mari qu’il l’étonnerait toujours.Le prenant amoureusement par la main elle se dirigea vers l’entrée. Dès qu’ils déclinèrent leurs identité, le vigile les fit entrer. Il leur expliqua que seules les personnes “saines” étaient admises dans le club et qu’ils pouvaient donc avoir des relations non-protégées avec tous les autres membres présents.Julien pensait trouver un endroit sombre avec une ambiance gothique ou quelque chose de glauque, mais il n’en était rien.Une fois qu’ils eurent mis leurs masques ils s’avancèrent dans un couloir. Les cotés étaient vitrés si bien que l’on voyait ce qu’il se passait à l’intérieur des salles…Les salles situées sur leur gauche donnaient elles-mêmes sur une sorte de piste de danse au milieu de laquelle trônait une sorte d’immense lit rouge .la musique était un mélange d’électro-pop assez dansant et rapidement Nathalie décida d’aller danser sur la piste centrale…la danse n’était pas la tasse de thé de Julien et il lui indiqua qu’il allait faire le tour du propriétaire…elle l’embrassa langoureusement puis lui fit un petit signe signifiant “à tout à l’heure”…il l’a vit donc s’éloigner et aller se trémousser avec d’autres danseurs et danseuses…il avança donc dans le couloir…dans un box sur sa droite deux femmes pratiquaient une fellation à un homme portant un masque de Spiderman.Il les contempla un moment et au bout de quelques temps une des femmes lui fit signe de les rejoindre…il déclina poliment l’invitation et continua sa progression tout en sentant qu’une érection déformait à présent son pantalon…il essayait de voir sa femme à travers les deux vitres d’une cabinequi donnait sur la piste de danse…- Désirez-vous boire une coupe de champagne en notre compagnie?Un homme d’une cinquantaine d’année, de belle allure lui tendait un verre.- Mon épouse vous a remarqué tout à l’heure et souhaiterai que nous passions quelques tendres moments ensemble…cela vous conviendrait il?Julien regarda la femme: légèrement plus jeune que son mari, c’était une belle brune dont la robe laissait sans difficulté deviner les atouts…-c’est à dire bredouilla Julien, c’est la première fois que je viens ici…-nous sommes des habitués! Entrez nous allons nous amuser puis je vous ferai visiter.Julien entra dans la cabine.Ses deux hôtes se présentèrent lui s’appelait Jérôme et elle Hélène.D’emblée Hélène se lova contre lui, puis l’embrassa fougueusement avant d’entreprendre de le déshabiller…Jérôme observait sa femme faire en souriant tout en dégustant une gorgée de champagne de temps à autre…Julien était immobile, son regard scrutait la “piste de danse” à la recherche de sa femme…soudain il la vit: visiblement la danse n’avait pas duré très longtemps, sa belle robe avait disparu et elle chevauchait un homme tout en suçant un bellâtre…des hommes s’approchaient d’elle qu’elle ne semblait pas vouloir repousser.Hélène avait entrepris une fellation digne des meilleures mais Julien gardait l’œil rivé sur la piste. A présent un homme se présentait derrière Nathalie et son sexe se frayait un chemin dans l’anus de sa partenaire…*tu la connais? Jérôme s’interrogeait sur l’attitude de Julien* c’est ma femme…*elle a l’air de bien s’amuser…tu veux pouvoir la mater pendant qu’on s’occupe d’Hélène?*euh oui…Jérôme s’allongea sur le sol de sorte que la tête d’Hélène qui s’était empalée sur son sexe était orientée vers la “scène”…*tu me prends maintenant?Hélène réclamait son sexe…il n’y avait qu’une façon de pouvoir continuer à observer sa femme…il avisa un flacon de lubrifiant et il en mit sur le petit trou de sa partenaire qui s’offrait à lui…puis il présenta sa verge à l’entrée et poussa en douceur…son sexe pénétra la belle brune qui gémit…Il entreprit des mouvements de va et vient le regard rivé sur la piste où sa femme “officiait”. Nathalie semblait prendre un grand plaisir à la double-pénétration , sa bouche et ses mains s’activaient sur les sexes qu’on lui présentait. Julien compta une demi-douzaine de “males” agglutinés autour d’elle. Il se sentait fier d’avoir une femme aussi belle qui savait y faire autant avec les hommes. Sous lui Hélène avait atteint l’orgasme et il sentit lesspasmes de l’éjaculation de Jérôme. Il réalisa soudain que c’était la première fois qu’il se retrouvait à frôler ainsi le sexe d’un autre homme, mais cela ne le dérangeai pas outre mesure…Hélène se dégagea du corps de Jérôme et adopta une position à quatre pattes signifiant par là que Julien pouvait continuer à lui labourer l’anus, ce qu’il ne se priva pas de faire. Jérôme s’était quand à lui couché sous sa femme et celle ci avait pris sa verge ramollie en bouche. Depuis combien de temps limait il le cul d’Hélène? il n’aurait su le dire, seule comptait la vue de sa femme qui maintenant était à genoux et suçait la demi-douzaine de gars agglutinés autour d’elle. Il sentit le souffle chaud de Jérôme qui entreprenait de lécher sa femme. Celle-ci sous le cumul des coups de langues et de verge plantée dans son anus eut un second orgasme qui inonda littéralement le visage de son mari. Exténuée, elle demanda à faire une pause…*pas de problème dit Julien, j’en profite pour continuer mon petit tour..*à tout à l’heure et…merci! *Quand tu repasseras, je veux te faire jouir, alors gardes moi un peu de ta semence…ajouta HélèneRamassant son pantalon qu’il plia sur son bras, Il emprunta donc le couloir circulaire les yeux toujours rivés sur sa femme qui, lassée de sucer sans doute avait repris une position à quatre patte et se faisait vigoureusement pilonner la chatte par un grand black.Soudain il avisa une alcôve. Une espèce de pilori en bois trônait au milieu. Une femme y avait pris place, la tète et les mains prisonnières de la partie haute, tandis que ses jambes écartées étaient maintenues par des lanières de cuir. Elle avait les yeux bandés et semblait attendre sagement que quelqu’un vienne s’occuper d’elle. Intrigué, Julien s’approcha…*fais moi jouir dis la femme*euh…oui mais comment?*comme tu veux, mais fais moi jouir!Julien se positionna sur le coté du pilori le sexe face à la bouche de la femme tout en reluquant sa femme qui avait l’air d’apprécier les attentions que lui prodiguait son partenaire…La langue de la femme jouait avec le membre de Julien, mais sa liberté de manœuvre était limitée, n’y tenant plus et émoustillé comme jamais, Julien vint se placer face à elle et lui serrant la tête entre ses mains comme si elle avait une possibilité de s’échapper, il se servit de sa bouche comme d’unsexe, allant et venant à son rythme. Le problème c’est que du coup, il tournait le dos à “la scène” ou Nathalie jouait.Il résolut d’aller, maintenant que sa bite était bien lubrifiée, sodomiser sa partenaire.Son cul était à la bonne hauteur et son sexe s’y glissa sans aucune difficulté…Soudain, il ne voyait plus Nathalie…était-ce l’ivresse du moment, le fait de ne plus pouvoir “contrôler sa femme”, il se permit de claquer la fesse droite de sa partenaire…il perçut un signe d’acquiescement de sa part en se rendant compte que sous son coup, elle avait mouillée abondamment…ainsi ce genre de personne existait vraiment, qui prenaient leur pied dans la souffrance…Il avisa ses seins…ils pendaient un peu flasques, attendant vraisemblablement quelques “caresses”…il commença par les frôler, la femme tressaillit, il les prit donc à pleine main, cette fois, elle soupira ..il se résolut donc à les pincer, un petit cri s’échappa de ses lèvres…Il sortit son sexe du cul de la femme.*oh, non pas déjà…fais moi mal encore!*c’est ce que tu veux?*oui!*vraiment?* oui, fais-moi jouir comme cela!*tu l’auras vouluSe plaçant face à elle, comme de toute façon, il ne voyait plus Nathalie, il “bourra” littéralement la bouche de sa partenaire, manquant de peu de la faire vomir sous ses coups…Quand il fut un peu calmé, il revint se poster derrière elle et sa queue se fraya un chemin dans la chatte trempée de sa partenaire…chacun de ses mouvements en avant provoquait un petit cri de satisfaction de sa partenaire…au bout de quelques minutes elle partit dans un long râle signifiant qu’elle avait atteint l’orgasme…Julien jugeait, lui qu’il pouvait lui donner plus…il se retira du sexe dégoulinant de cyprine puis présenta sa main à l’entrée…comme il l’avait deviné, elle coulissa à l’intérieur sans difficulté, provoquant un second orgasme à la femme dont il se disait en passant qu’il ne connaissait même pas le prénom…De l’entendre ainsi crier son plaisir, l’émoustilla un peu plus…il sentit tout à coup une présence qu’il devina féminine à ses cotés…des lèvres entourèrent son gland puis pratiquèrent une lente fellation. Il aurait aimé que cela soit elle, mais il ne reconnaissait pas la façon de faire de Nathalie..Qu’importe la femme s’y prenait bien et il laissa faire…son sexe était “occupé” à présent, il avisa l’anus encore béant de ses récents “exploits” et entreprit d’y glisser un doigt. La femme avait l’air “réceptive”, il glissa un second puis un troisième doigt.les râles de la femme l’incitèrent à davantage, et assez brutalement, sa main entière se fraya un chemin dans l’anus dilaté. La femme criait, il n’aurait su dire si c’était de plaisir ou de douleur, mais à l’instant donné, il s’en moquait.La femme qui le suçait s’était relevée et était venu plaquer sa chatte contre son sexe dans une position qu’il jugea un peu acrobatique, mais qui lui permit néanmoins de la pénétrer. Comme sa position, avec les deux mains à l’intérieur de l’autre partenaire, ne permettait guère à Julien de faire de mouvements,ce fut la femme qui se mit à onduler de la croupe, s’assurant ainsi seule de son plaisir…De se sentir ainsi homme-objet plaisait bien à Julien.Ses mouvements à l’intérieur du vagin et de l’anus de sa première partenaire reprirent. Il jouait à alterner les mouvements puis à bouger les mains en simultané, déclenchant chez sa partenaire des cris de jouissance qui semblaient résonner dans toute la boite de nuit.il retira la main de l’anus de la femme provoquant de nouveau un cri de douleur-jouissance, attrapa les long cheveux de l’autre femme, se retira de sa chatte déjà inondée et présenta sa verge devant son trou du cul.*oui vas y défonces moi cria-t-elleil ne se fit pas prier et en un seul mouvement de hanche, il s’enfonça jusqu’aux couilles dans ce cul brulant…*et moi? suppliai l’autreà ce moment là il observai la scène espérant y voir sa femme, mais elle n’était pas là ou pour le moins plus visible…Il n’était plus trop à ce qu’il faisait si bien qu’au lieu de remettre sa main dans l’anus qui l’avait accueilli auparavant il vint la taksim escort glisser à l’entrée du vagin ou son autre main “officiait” déjà…*non! ça ne va pas rentrer!Pour toute réponse il lui “claqua” assez sèchement la fesse, provoquant un “raz-de-marée” de cyprine…*maintenant que tu es bien mouillée ça va rentrer tout seul…*oui, il faut tenter…il remit du gel sur sa main et força un peu en tournant ses deux mains jointes .Dans un nouveau cri de sa partenaire, les deux mains se firent un passage dans le vagin. Il jouait à “tourner” à l’intérieur et au vu de l’abondance des sécrétions vaginales de sa partenaire, il sut que cela lui plaisait. il se concentra davantage sur le cul qu’il sodomisait et ses faibles mouvements de hanches s’accélérèrent…Dans un grand râle de jouissance la femme s’effondra au sol. Elle se mit à genoux pour le sucer délicatement…il réalisa alors qu’il n’avait toujours pas joui de la soirée…Délicatement il retira les mains du vagin de la “prisonnière” du pilori, se recula, échappant à la bouche qui le suçait et il sortit dans le couloir…Il ne voyait toujours pas Nathalie et il se demandait vraiment dans quel “guêpier” elle avait bien pu se fourrer…À présent toutes les alcôves étaient occupées…il y avait des couples des trios et même quelques groupes. Il entra dans une alcôve où une femme tentait de satisfaire une dizaine d’hommes qui s’était regroupés autour d’elle. Elle les suçait les uns après les autres jusqu’à ce qu’ils éjaculent, lui couvrant les seins, le visage ou les cheveux de leur semence. Sans relâche elle jouait de la langue et des mains pour faire jouir les hommes qui lui présentaient leur membre viril…Julien était admiratif. Tant de volonté et d’énergie pour satisfaire de parfaits inconnus le laissait sans voix. Il résolut néanmoins de passer son cheminDans la cabine suivante, deux femmes se donnaient du plaisir en position de 69 et Julien fut tout heureux de reconnaitre Nathalie. Elle avait les yeux bandés,mais il la reconnut notamment à son tatouage… Elle jouait de sa langue sur le clitoris de sa partenaire qui elle avait fourré sa main dans la chatte de Nathalie et jouait à l’y faire coulisser tirant à Nathalie de grands cris de jouissance. Il avait une érection terrible à voir cela et c’est tout naturellement qu’il vint placer son sexe face au “petit trou” de sa femme. Il avait fait signe à la partenaire de jeu de Nathalie de ne rien dire…Quand elle sentit un sexe au contact de son anus, elle poussa sur les cuisses pour en faciliter le passage et Julien put aisément sodomiser sa compagne. D’emblée, il apprécia sentir la main de l’autre femme au travers des parois intimes de Nathalie. Celle-ci poussait de grands soupirs de jouissance, surtout quand Julien se retirait pour aller se faire sucer par l’autre femme avant de réintroduire sa verge, ce qui mettait Nathalie dans tous ses états…Au bout d’un moment, sentant “la pression monter”, il se retira et sortit de la salle.Il revint dans l’alcôve ou en début de soirée se trouvaient Jérôme et Hélène.Un homme était couché sur le dos, sodomisant Hélène, qui lui fit signe de les rejoindre. Jérôme n’était pas dans les parages…*je peux? S’enquit-il* oui encules-moi toi aussiIl s’enduisit le membre de gel et vint placer son sexe non loin de l’entrée de l’anus d’Hélène*vas-y!*tu veux dire tous les deux en même temps?*bien sur!Un peu décontenancé par la proposition il plaça son sexe au dessus de celui de l’homme que chevauchait Hélène et poussa. Son sexe retrouva sans difficulté l’intimité d’Hélène. Il trouvait un peu gênant une telle promiscuité avec le sexe d’un autre homme, mais il décida de se concentrer sur son plaisir et sur celui d’Hélène. Rapidement celle-ci se mit à jouir .Julien se retira alors et vint placer son sexe devant la bouche d’Hélène qui goulument lui aspira. Elle n’eut pas beaucoup à œuvrer pour que Julien déverse enfin un flot de sperme qu’elle s’appliqua à avaler jusqu’à la dernière goutte.*eh bien, on ne s’embête pas ici…c’était la voix de NathalieElle avait revêtue sa robe et remis ses chaussures et seul le désordre de sa coiffure laissait envisager la nuit qu’elle avait passée*si vous en avez fini avec mon mari, je vais le reprendre…*mais faites donc, je patientais à ma façon en attendant le mien répondit Hélène, un sourire en coin…Julien se rhabilla prestement et ils sortirent dans la nuit…*chéri, j’ai passé une bonne soirée et toi?*j’ai adoré, mais j’ai hâte d’être à la maison s’empressa-t-il de répondre.Il avait démarré la voiture et s’avançait dans la rue…* on n’est pas obligé d’être à la maison avança NathalieElle se pencha en avant et extirpa le sexe de son mari de son pantalon*en voilà un que je n’ai pas gouté ce soir, même si j’ai eu le plaisir de l’avoir dans le cul…* comment sais-tu?*Une femme sait cela…c’était bien…maintenant je vais te faire jouir dans ma bouche, s’il te reste “des réserves”.Il avait arrêté la voiture dans un endroit sombre il remonta délicatement la robe de sa femme tout en lui caressant les cuisses sa main glissait sur la peau délicate remontant ostensiblement vers le haut à chaque mouvementNathalie avait le souffle plus court, preuve de son excitation grandissanteLes doigts de Julien effleuraient à présent le micro-stringLes va-et-vient de la bouche de Nathalie s’accélérèrent sur la verge de son mari*petite cochonne, regardes tu es trempée!Elle ne répondit pas trop occupée à sa fellationIl avait complètement retroussé la robe et avait insinué 2 doigts dans le vagin détrempé de sa femmeIl aurait aimé en faire de même dans son anus, mais il avait constaté que Nathalie avait repositionné son plug.Il accéléra donc les mouvements de ses doigts et soudain il sentit Nathalie se crisper avant qu’elle n’inonde sa main de son “liquide du plaisir”*viens souffla-t-elleil ne put résister et il éjacula dans la bouche de sa femme. Ce n’était pas aussi volumineux que ce qu’Hélène avait avalé, mais Nathalie sembla s’en contenter.Elle se rassit, réajusta vaguement sa robe et dit:* maintenant je crois qu’on peut rentrer à la maison, j’ai le cul en compote…*tu en fais toujours trop!ils éclatèrent de rire…Sur le chemin du retour, ils se racontèrent “leur” soirée, puis une fois rentrés, ils filèrent au lit pour un repos bien mérité.Le lendemain étant un dimanche et personne ne travaillant, la grasse matinée fut de rigueur.Une bonne odeur de café flottait dans la maison quand Julien et Nathalie se levèrent. Une fois leur douche prise ils descendirent prendre le petit déjeuner.Toute la famille était là et la bonne humeur était de mise…Quand ils furent seuls, Nathalie demanda à son mari:*tu as vu cette espèce d’appareil en bois, quand on était au Club, comme un “pilori”, je crois que c’est le mot?*euh oui, pourquoi?Il sentait une étrange excitation le titiller à l’évocation des moments qu’il avait passé dans cette pièce.* on pourrait peut être en installer un au fond du garage, j’aimerai bien essayer murmura Nathalie* Pourquoi ne pas le faire au Saphir dans ce cas?Julien sentait son sexe en érection au fond de son pantalon…* je ne suis pas sure de pouvoir tout faire, ça avait l’air d’être parfois “extrême”Elle se glissa tout contre lui*j’aimerai qu’on essaye d’abord ensemble…Elle avait mis sa main sur la bosse de son pantalon*l’idée a l’air de te séduire…*pas qu’un peu! Demain, je suis d’après-midi au boulot, dès la première heure je file acheter ce qu’il faut pour installer cela!*je serai de nuit, donc je peux t’aider demain matin…d’ici là il ne faut pas que tu restes comme cela dit elle en accentuant ses mouvements sur le sexe en érection de Julien.Le lundi, ils filèrent donc acheter de quoi faire “leur” pilori, puis passant devant un sex-shop ils firent l’emplette de divers objets, menottes, pinces…Nathalie fit constater à Julien qu’elle était “trempée”, aussi arrivés à la maison filèrent ils directement dans la chambre essayer leurs nouveaux “jouets”…quand ils en ressortirent il était trop tard pour se lancer à monter le pilori…Alors qu’il se dirigeait vers son lieu de travail, Julien dut “piler” pour éviter un piéton qui traversait la rue sans faire attention…il entendit les pneus de la voiture qui le suivait glisser sur le bitume, puis le choc…Il se gara et la conductrice de la voiture “emboutisseuse” en fit autant…Elle se confondit en excuses. C’était une femme d’une cinquantaine d’année à l’allure négligée, la racine des cheveux laissant deviner une “couleur ” déjà lointaine…Elle était vêtue d’un ensemble dépareillé qui ne la mettait guère en valeur.Julien, voyant que sa voiture n’avait presque rien, lui proposa d’échanger leurs cartes de visite et de repousser la rédaction du constat amiable après son travail. Ils convinrent donc de se retrouver chez la femme en soirée. Au passage, il l’assura qu’elle pouvait rouler sans crainte, sa voiture n’ayant que quelques éraflures.Véronique remonta dans sa voiture et se rendit à son travail, mais elle avait l’esprit ailleurs: cet homme l’avait troublée, d’un coup son célibat lui pesait.Il était vraiment charmant et poli…Elle sortit tôt du travail ce qui ne manqua pas d’étonner ses collègues et se rendit chez le coiffeur. Elle fit “raviver” sa couleur et couper les cheveux. En rentrant chez elle, elle se surprit à chantonner. Elle s’arrêta au supermarché et toute rougissante acheta une boitede préservatifs ainsi que du gel lubrifiant. Sans doute était il marié, mais elle savait par ses collègues de bureau que nombre d’hommes se laissaient aller à une aventure de temps à autre et à ce moment précis c’était tout ce qu’elle voulait…Elle avait fait une croix sur le grand amour le jour où le père de son futur bébé l’avait abandonné enceinte de 4 mois…Elle se vit dans le miroir. Jamais un homme tel que lui ne voudrait coucher avec elle! Elle entreprit néanmoins de préparer un apéritif, puis se changea: elle cherchait dans sa garde-robe une tenue sexy, et finit par trouver une jupe assez courte ayant appartenu à sa fille et un chemisier assez transparent laissant deviner un soutien-gorge de dentelle blanche.Julien avait quand à lui appelé Nathalie au téléphone et ils avaient longuement discutés…à présent il avait son aval pour “certaines choses” et il en était enchanté…l’après-midi passa vite, et il repassa à la maison prendre quelques “bricoles” avant de filer rédiger le constat chez Véronique..; Il avait sciemment pris soin d’arriver un quart d’heure en retard sur l’horaire initialement convenu.Véronique habitait une petite maison aux extérieurs négligés: il était évident qu’aucun homme n’habitait là…Julien sourit à cette vue, cela se présentait bien.Il constata, ravi qu’elle avait fait un effort sur sa présentation. Ils s’assirent sur le canapé devant la petite table de salon où ils rédigèrent rapidement le constat, puis Véronique proposa de prendre un apéritif. Julien fit semblant d’être “gêné”, mais finit bien sur par accepter la proposition…La conversation de banalités au début roula rapidement sur des sujets plus intimes et Véronique s’étonnait intérieurement d’évoquer de tels sujets avec un parfait inconnu…Elle évoqua son désert sentimental et sexuel: elle n’avait pas “eu quelqu’un” dans sa vie depuis de nombreuses années maintenant.Julien écoutait, se contentant de poser quelques questions de temps à autre et la laissant évoquer sa tristesse. Les verres s’étaient succédés, et si Julien tenait plutôt bien l’alcool, il n’en était pas de même pour Véronique…Ostensiblement elle s’était rapprochée de Julien, elle savait ce qu’elle voulait, sa décision était prise…et peu importait les conséquences…elle posa sa main sur la cuisse suffisamment haut pour qu’il n’y ait pas d’ambigüité sur ce qu’elle attendait…Julien délicatement l’ôta de là…Elle fut surprise de cela, car elle s’attendait à ce qu’il “profite” de la situation.Ne sachant trop que faire elle lui dit:*baises moi, fais de moi ta chose, ne me laisse pas comme ça…le ton était suppliant, des larmes coulaient sur son visage entrainant son maquillageJulien se leva. Son sexe était à la hauteur du visage de véronique…Soudain, la voix était ferme, presque sèche:*je ne crois pas que tu soie prête à être ma chose comme tu disElle ne savait pas vers quoi elle allait, mais sa décision était irrévocable: c’était lui, c’était ce soir!*Si!Le ton était sans appel. Elle avait d’ailleurs joint le geste à la parole en faisant glisser la fermeture éclair du pantalon de Julien. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il ne porte pas de sous-vêtement et fut un peu surprise de voir sa verge apparaitre aussitôt…* Suces!Elle était comme hypnotisée…elle ouvrit la bouche et y glissa la verge. Allait-elle se rappeler comment on faisait?Julien avait ôté le bouton de son pantalon qui maintenant gisait au sol…* Mets-toi à genoux…Elle obéitA présent sa langue jouait sur le sexe de Julien…*Relèves toi et déshabilles toi…Les ordres claquaient, froids et secs, mais cela la rassurait: elle n’avait pas d’initiatives à prendre et en obéissant scrupuleusement, elle était sure de le satisfaire et par la même d’obtenir ce qu’elle attendait…Sa jupe fut rejointe par son soutien-gorge , son chemisier puis par son slip sur le parquet du salon* tournes sur toi même*oui*silence ou sinon tu dis “oui Maître”*oui…MaitreElle s’exécuta maladroitement*écartes les jambes et attends-moi làIl revint quelques minutes plus tard. Il lui recouvrit les yeux d’un bandeau puis lui attacha les mains dans le dos avec une paire de menottes.Elle entra en panique, sa respiration devint haletante. la voix de Julien se fit plus douce*tu ne me fais plus confiance? Tout à l’heure tu voulais devenir ma chose et déjà tu t’affoles…On continue ou on arrête?Elle avala sa salive péniblement*on continue…Maitre*bien! tu vas aimer…Ses mains si douces à présent parcouraient son corps. Ses doigts s’insinuèrent dans sa toison .Il prit alors un poil entre son pouce et son index et tira, le lui arrachant .Véronique laissa échapper un cri de surprise autant que de douleur…* as tu remarqué quand tu m’as sucé tout à l’heure que je suis épilé?…Il est très désagréable de “s’occuper” d’un partenaire velu…Demain je veux te voir épilée intégralement…*oui Maitre bredouilla-t-elle* écartes plus les jambes! La voix était redevenue sècheElle obtempéra bien que la position şişli escort soit instable* fies toi à tes autres sens pour ton équilibreSa main à présent caressait son clitoris, le geste était précis, Véronique sentit qu’elle mouillait…Elle n’avait pas ressenti cette sensation depuis longtemps et malgré l’inconfort de sa position elle remerciait intérieurement Julien de lui donner autant de plaisir. La caresse variait par moment d’intensité, la laissant soudain sur sa faim, puis s’intensifiait au point qu’elle croyait qu’elle allait défaillir. L’autre main de Julien vint soudain effleurer son sein droit, il joua à en faire le tour, puis vint titiller le mamelon déjà exacerbé. Une douleur fulgurante la traversa soudain, déclenchant un cri et à son grand étonnement un orgasme. Elle sentit confusément qu’elle avait “inondé” le parquet. La douleur était toujours là, lancinante. Quelque chose de puissant lui serrait le bout du sein. Son esprit était en pleine effervescence: pourquoi ce plaisir si intense alors qu’au même moment elle avait ressenti une douleur si vive? Les deux étaient ils liés, voire indissociables?Elle sentit le souffle de Julien sur son cou*ça t’a plu?Que répondre? La douleur à présent s’estompait quelque peu et l’orgasme avait été si intense…Jamais de sa vie elle n’avait connu cela…alors oui, elle voulait que cela continue, elle pouvait faire abstraction de la douleur et peut être mieux que cela, l’intégrer à son plaisir…A présent elle comprenait ce que Julien attendait d’elle et quels bénéfices elle allait en tirer et c’est sur un ton joyeux qu’elle répondit:* oui Maitre s’il vous plait continuez!*Je crois que tu vas aimer ce qui va suivre…Une pointe de sadisme modifiait la voix de julien et un frisson parcouru l’échine de Véronique…Elle avait beau s’y attendre la pose de la deuxième pince lui tira des larmes. Elle avait l’impression que ses seins n’étaient que blessures…* Tu es très belle quand tu pleures…je veux te voir belle…Le souffle de Véronique s’accélérait…et si elle était tombée sur un tordu qui la viderai de son sang ou lui ferait vivre les pires cauchemars?Elle réalisa soudain qu’elle n’avait prévenu personne de sa “petite” aventure et d’ailleurs qui prévenir? Sa fille était à l’autre bout du monde et elle réalisa qu’elle ne pouvait compter sur personne…Cependant les caresses de Julien sur son clitoris avaient repris et elle se détendit à tel point qu’elle sentit poindre l’orgasme. Julien l’avait senti lui aussi et il arrêta juste à temps pour désarçonner sa “partenaire». Elle émit un petit gémissement.*Tu crois que c’est ça l’amour? Ton plaisir égoïste? Je te fais jouir et c’est tout?Elle ne savait que répondre…Une idée germa dans son esprit…elle tomba à genoux, elle avait repéré où Julien se situait et rapidement elle se mit à lui faire une fellation…*C’est mieux comme cela…Il tirait par secousse sur la chaine qui reliait les deux pince-tétons. Véronique devait se retenir pour ne pas hurler à chaque fois, mais à sa grande surprise chaque secousse déclenchait un spasme dans son vagin et elle sentait les gouttes de cyprine suinter hors d’elle…Comme ses mains étaient attachées derrière son dos elle ne pouvait jouer que sur les mouvements de sa tête pour essayer de faire jouir Julien et elle sentait qu’une grande quantité de salive, liée au fait qu’elle enfonçait profondément la verge dans sa gorge, coulait le long de son menton, dégoulinant jusqu’à ses seins…*c’est bien, tu suces bien!Elle était flattée…*à présent je vais te récompenser. Mets-toi à quatre pattes !Elle s’exécuta, attendant avec impatience de sentir son vagin investit par la verge de Julien, mais elle déchanta vite.Julien, après avoir mis un préservatif, avait positionné sa bite face à son anus et sans autre forme de préliminaire, il poussait sur son sphincter. Elle voulut résister. Son éducation allait à l’encontre de ce genre de pratique. Elle résista si bien qu’il n’insista pas, elle le sentit s’éloigner…la trêve fut de courte durée:Le premier coup de cravache s’abattit sur sa fesse droite, lui arrachant un cri terrible, puis la fesse gauche fut la cible du deuxième coup…*tu veux ta récompense à présent?*oui Maitre, pardon, Je ne recommencerai pas…*si tu recommenceras…mais tu apprendras à aimer ce que je fais, pardon ce que nous faisons…tout comme les enfants, il te faut une éducation…Je te consacre du temps… Le temps est précieux, il ne faut pas le gâcher…Maintenant demandes moi de te sodomiser!*Maitre, s’il vous plait sodomisez moi, ouvrez-moi à votre monde*c’est mieux comme celaSa verge poussa délicatement sur l’anneau de Véronique qui desserra son étreinte. Julien avait discrètement mis du gel lubrifiant sur son sexe et celui-ci glissa sans difficulté dans les entrailles à présent réceptives de Véronique. Les va et vient de Julien eurent tôt fait de lui faire atteindre l’extase et si des larmes coulaient à présent, c’était du au plaisir éprouvé…*à présent ta chatteIl allait la combler, elle lui en était reconnaissante…mais ce n’était pas un sexe qui se présentait, mais une main, elle le sentait et son esprit quelque part l’espérait: elle allait dépasser ses réticences et ses pires craintes…Elle savait que dans quelques minutes elle serait un cran au-dessus des autres femmes, parce que, elle elle l’aurait fait.Copieusement lubrifiée la main de Julien, s’insinua en elle, tournant comme pour chercher le meilleur angle. Ses jambes tremblaient d’excitation…*oui! s’écria-t-elle quand elle sentit que l’angle du pouce était passéJulien, poing fermé lui pilonnait littéralement la chatte. a présent, elle ne se retenait plus et criait sa jouissance. Dans un dernier spasme de son corps repu, elle s’affala sur le sol. Julien la retourna sur le dos après avoir retiré délicatement sa main. A présent elle était un jouet entre ses mains, elle en était consciente et elle se rendait compte qu’elle avait toujours attendu cela.La main de Julien se présentait à présent devant son anus. Elle ne dit rien se contentant de pousser au moment ou les premiers doigts envahissaient son rectum. Copieusement lubrifiée elle glissa lentement en elle provoquant des sensations inédites, puis elle sentit que l’autre main de Julien se glissait à présent dans son vagin, place qu’elle occupait précédemment. Elle se laissa faire, goutant à la volupté du laisser-aller. Le bien-être l’envahissait et la jouissance la happa de nouveau, l’emmenant vers des contrées inexplorées …Julien avait retiré ses mains , puis lui avait retiré son bandeau*Maitre, puis-je vous sucer à présentSans rien dire il lui présenta sa verge dressée et elle la goba goulûment.Julien en profitait pour tirer sur la chaine qui reliait toujours les seins endoloris de Véronique, mais il savait que les gémissements qu’il percevait étaient dus au plaisir qu’elle éprouvait à présent…Le flot de sperme envahi sa bouche, elle l’avait senti arriver et s’était préparée. Elle savait que pour plaire à son “maitre” elle allait l’avaler. Ce serait là encore une première…D’emblée la texture lui plut, en fait elle ne savait pas trop à quoi s’attendre et du coup elle jugea que le gout était bon…elle continua même à sucer et à aspirer bien après que le flot ait cessé. Les tractions sur la chainette avaient cessées et Julien lui caressait doucement les seins…*Merci Maitre…quand aurais-je l’honneur d’être de nouveau traitée ainsi?* Nous verrons …d’ici là tu auras des choses à faire…Il énuméra une liste. Véronique hochait de la tête notant dans un coin de sa mémoire tout ce qu’elle devait faire…surtout ne pas le décevoir…Julien ôta les pinces sur ses seins puis ses menottes…*tu dois être mieux maintenant…*Les pinces, on s’y fait admit elle dans un souffle, par contre c’est dommage de ne pas pouvoir vous toucher, ni vous caresser par moment…*Nous étudierons cela une prochaine fois…Il te reste du champagne?Elle rit puis elle apporta deux coupes qu’ils dégustèrent dans le canapé.Maintenant que le “test” était passé, elle était plus décontractée et surtout elle attendait les nouvelles épreuves avec impatience…Une fois leurs verres finis, elle s’approcha de lui et l’embrassa sur la bouche. Les mains de Julien se posèrent sur ses épaules, la forçant à lâcher son étreinte et amenant inexorablement sa bouche vers son sexe en érection. *Je ne peux pas te donner ce que j’ai donné à une autre…en d’autres circonstances je t’assure que cela aurait été volontiers…Mais je te promets de faire de toi une autre femme et tu verras que ton “prince charmant “arrivera…entre nous cela ne sera toujours que sexuel…acceptes tu cela?*Oui maitreElle caressait à présent ses couilles tout en pratiquant une lente fellation.Elle consentait à tout ce qui lui arrivait et cherchai même plus…C’était décidé, elle apprendrait avec Julien, puis elle finirait bien par trouver un homme qui l’accepterait telle qu’elle devenait…Un trait était définitivement tiré sur le passé…Le réveil la tira de rêves torrides ou elle subissait ligotée et bâillonnée les assauts de nombreux males.Julien était parti, il avait mis une couverture sur son corps allongé à même le tapis du salon…Mis à part quelques courbatures, elle ne se ressentait pas trop de ses “exploits” de la veille.Julien était arrivé en même temps que Nathalie…Il lui raconta sa nuit…Nathalie n’en revenait pas de voir son mari se débrider ainsi et elle sentit plusieurs fois qu’elle mouillait à la narration des “performances” de Véronique…Elle avait hâte de la rencontrer…Julien était trop fatigué pour envisager de faire l’amour aussi s’endormirent ils blottis dans les bras l’un de l’autre…Véronique arriva rayonnante à son travail, ce qui ne manqua pas de surprendre ses collègues habitués à la voir efficace mais effacée…Elle fila sitôt son travail fini faire les boutiques et se lança à corps perdu dans les emplettes. Sans même rougir, elle essayait des tenues qu’elle aurait destiné à des prostituées la veille. Elle entra même dans des sex-shops afin de compléter ses achats: il fallait qu’elle soie parfaite pour rencontrer Julienet Nathalie. Dans un salon de beauté où elle avait pris rendez-vous, elle se fit épiler intégralement puis elle fila chez le tatoueur dont lui avait parlé Julien. Après ce qu’elle avait enduré la veille, le piercing de ses seins fut une simple formalité. Elle avait choisi de gros anneaux…Huit anneaux plus petits vinrent également orner ses grandes lèvres. Après la séance elle se dépêcha de rentrer chez elle. Comme le lui avait ordonné Julien, elle s’enduisit l’anus de gel et introduisit un plug anal. Elle glissa ensuite des boules de geisha dans son vagin, puis entreprit de faire son ménage…Elle se rendait compte que tout comme elle s’était un peu laissé aller ces dernières années, elle avait aussi négligé l’entretien de sa maison.Elle se mit donc à cirer, balayer, nettoyer partout. Elle en profita pour faire un grand ménage par le vide et c’est épuisée qu’elle gagna son lit, d’autant que les frottements des boules dans son vagin la laissaient parfois pantelante tant les sensations étaient intenses.Le sommeil ne venant pas, elle commença à explorer son nouveau corps. elle joua avec ses boules de geisha, avec ses anneaux, mais elle n’arrivait pas à se contenter…Vivement que Julien revienne!Julien avait commencé à assembler le pilori dans le fond du garage. Il était assez fier de lui. Nathalie arriva peu de temps avant qu’il ne parte au travail*si tu veux on pourra faire les réglages demain en matinée*oui j’ai hâte de l’essayer avouât elle en se glissant tout contre lui. Donc il y a une position basse, je serai à quatre pattes comme on dit* oui, plus une avec le buste penché en avant et un dispositif maintenant les jambes écartées et un autre ou tu es entièrement debout*ça me plait beaucoup…On essaye maintenant?*je n’ai pas eu le temps de faire un rideau, les voisins ou les enfants pourraient nous voir…*les enfants sont au cinéma…Sur ces mots elle avait fait glisser sa robe au sol et glissé sa tête dans le demi trou le plus grand du pilori*tu sais je n’ai pas été très sage ces jours-ci, je mérite une punition…Pris au jeu Julien abaissa la planche supérieure emprisonnant la tête et les mains de Nathalie…*ah comme ça tu n’as pas été sage…je vais devoir te punir alors…il avait opté pour la position ou Nathalie avait le buste penché en avant et les jambes écartée.de la voir ainsi le fit aussitôt bander…il passa sa main sur son corps délicatement, s’attardant sur ses seins…puis il glissa jusqu’à son pubis, titillant le clitoris. la caresse se fit plus forte. Nathalie commençait à sentir les prémisses du plaisir. Julien sortit alors une cravache …*c’est ça que tu veux?*on peut essayer, vas y doucement au début…le coup claqua sur la fesse droite. Nathalie ne put étouffer un cri, mais celui-ci fut aussitôt suivi d’un coup sur l’autre fesse*tu aimes?Elle n’eut pas le temps de répondre que la cravache claquait sur son clitoris. Un nouveau cri, mais aussi la sensation d’être trempée* regardes cochonne tu mouilles!Julien présenta sa verge bandée à mort devant la bouche de Nathalie qui ne put faire autrement que l’avaler…Il la lui enfonça loin dans la gorge et elle cru vomir puis il l’utilisa comme un vagin, la pilonnant rapidement.*tu aimes?il s’était retiré*mollo tout de même…j’ai cru mourir étoufféeA présent sa verge la pénétrait, elle étai tellement enduite de salive qu’elle n’eut pas de difficulté à se frayer un chemin dans la chatte ardente…il lui pétrissait les seins, les serrant de plus en plus fort, et les pinçant parfois, ce qui faisait crier Nathalie.Quand elle eut joui à nouveau, il se contenta de dire* au tour de ton cul à présentil s’introduit en elle sans difficulté puis commença un lent mouvement de va et vient. Il jouait simultanément avec son clitoris, le résultat ne tarda pas et pris la forme d’un orgasme qui sembla l’anéantir, avant qu’elle ne se cabre comme pour échapper à son emprise…Mais Julien ne se laissait pas désarçonner comme cela et il ne se retira qu’après avoir joui abondamment dans l’anus accueillant de son épouse. Il plaça sa main sous l’orifice béant et recueilli le sperme qui en dégoulinait, puis il porta la “coupe” aux lèvres de sa femme qui dut la laper à cause de la position dans laquelle elle était…*tu es une vraie petite chienne…*je suis TA petite chienne…*alors lèches, petite chienne.il lui présentait son sexe qui débandait légèrement à présent…Elle s’exécuta, sa langue virevoltant du gland à ses couilles, remontant parfois le long de la verge….Ce fut Julien qui mit fin à la caresse:*bon ce coup ci il faut vraiment que j’aille au boulot…je te libère?

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan siz olun

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

illegal bahis canlı bahis siteleri casino siteleri canlı bahis kaçak bahis bahis siteleri bursa escort görükle escort bursa escort gaziantep rus escort antep escort gaziantep escort izmir escort maltepe escort