İçeriğe geçmek için "Enter"a basın

mia 2 – Bonne à *tout* faire.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anime

mia 2 – Bonne à *tout* faire.Suite de “De Paris à Mogadiscio… sans argent, mais en suçant!”*** *** *** ***Mener son personnel à la baguette, ce n’est pas une image, car Madame punit. Surtout, la bonne et moi, mais tout le monde, y compris son mari, lui obéissons au doigt et à l’œil, comme si elle avait tous les droits. En ce qui me concerne, il suffit d’un mot ou même d’un regard pour que je me mette à trembler. Oui… je ne suis pas une guerrière! Et, je lui lèche les pieds, au propose comme au figuré!! En fait, je crois qu’elle a vraiment tous les droits. Elle doit avoir des relations avec des organisations criminelles. J’ai entendu des bribes de conversations et mêmes assisté en douce à certaines choses. J’ai acquis la certitude que Madame avant des amis très… dangereux! Ils ont un train de vie très important. Plusieurs voitures, depuis une Smart jusqu’à une Rolls. Il y a aussi les gardes et les chiens. Quand j’ai demandé à aller en ville, on m’a répondu que je ne pouvais pas sortir du domaine, seule. C’est clairement indiqué dans le contrat que j’ai signé! Je suis partie de Paris à cause de problèmes avec le milieu, mais j’ai l’impression de me retrouver piégée avec des gens beaucoup plus dangereux et d’être prisonnière. Quand j’aurai gagné assez d’argent, je trouverai un moyen de partir. Obéir, d’accord. Par contre quand Madame punit, ce n’est pas pour rire. J’en ai encore mal aux doigts en l’écrivant. C’était hier midi, elle recevait une vingtaine de personnes pour l’anniversaire de sa nièce, Iris, qui a 25 ans et s’est révélé être une vraie garce. Je devais servir à table avec la bonne. On courrait dans tous les sens et à un moment en débarrassant la table, j’ai renversé un peu de sauce sur la robe d’Iris. Aïe, aïe, aïe…La cata!! “Espèce d’idiote!!”, a hurlé Iris, “J’ai plein de sauce sur ma robe.” Affolée, je me suis excusée, “Je vous demande pardon, Mademoiselle Iris, je vais la nettoyer. ” Elle m’a suivie dans la salle de bain où j’ai frotté la robe avec de l’eau tiède. Hélas, il restait une trace. Elle m’a tirée brutalement par une oreille, m’a bien regardée dans les yeux et m’a dit, “ça tu vas le payer, connasse!” On est retourné dans la salle à manger. Iris s’est plaint que la tâche ne partirait jamais et a terminé par, “Je me demande si elle ne l’a pas fait exprès, elle mérite une punition!!”. Madame a répondu, “C’est mon avis aussi, ma chérie.”, puis elle a demandé aux invités, “Qu’est ce que vous en pensez?”. On dit qui se ressemble s’assemble, eh bien, ils étaient tous d’accord, même les jeunes, qui eux étaient enthousiastes. J’ai essayé d’attendrir Iris, “Je ne l’ai pas fait exprès, je vous le jure, je laverai votre robe”. Mais à son air, j’ai compris que c’était peine perdue. Madame a tranché, “Allez chercher une cuiller en bois à la cuisine, Mathilde”. Marthe la cuisinière qui avait tout entendu, m’a tendu la cuiller en disant, “Tu vas déguster, ma fille!”. Madame a pris la cuiller par la partie large, “Tendez votre bras et présentez votre main, la paume en l’air”. J’ai obéit et elle m’a frappé d’un coup sec en travers des doigts. OUCH!! Ça fait très mal, j’ai secoué la main en faisant des grimaces. La voix de Madame a claqué comme la cuiller sur ma main, “Votre main, immédiatement!!” Je l’ai tendue en tremblant et j’ai reçu 4 coups supplémentaires en travers des doigts et de la paume. Après chaque coup, je recommençais à secouer ma main en dansant sur place. Cinq lignes rouges barraient ma main, je me suis mis à pleurer et je me suis tournée vers Iris “Je vous en prie, Mademoiselle Iris, ça fait bahis firmaları trop mal, ma main est en feu!”. Elle a réfléchi ” Bon, je vais être magnanime, ça suffit pour la main droite, maintenant la gauche.”. Les invités ont rit devant mon air dépité et j’ai tendu la main gauche. Cinq fois la cuiller a sifflé et a laissé une marque rouge et brûlante. Madame a dit, “Bon, on a autre chose à faire que punir une bonne maladroite, on va ouvrir les cadeaux.” et à moi, “Reprenez votre service, Mathilde et, attention, à la prochaine maladresse, je serai moins gentille.” Gentille!! Je m’en fous, je vais m’enfuir… Le reste de l’après midi c’est passé sans…maladresse de ma part. Quand ils invités sont partis. Madame m’a appelée dans le salon. Qu’est ce qu’elle va encore me faire??? “Mathilde quand je prends la peine de vous punir, c’est pour votre bien. Aussi ce serait la moindre des choses que de me remercier humblement… et en faisant une phrase.” Quoi? La remercier de m’avoir frappée aussi cruellement? Elle est folle ou quoi?? Ja-mais!! Mais… bon, j’ai dit, “Je vous remercie de m’avoir punie, Madame, et je vous prie de m’excuser pour ma maladresse!” “C’est vraiment une phrase minimum! Enfin j’accepte vos excuses, surtout parce ça a amusé tout le monde de vous voir secouer vos mains en faisant des grimaces!”. Elle a relevé sa jupe, enlevé sa culotte et s’est rassise. Je connais le message. Je me suis mise à genoux, elle a caressé ma joue avec son pied. Je l’ai embrassé puis je suis remontée entre ses jambes. J’aurais pu le faire les yeux fermés, guidée par l’odeur de sa chatte… J’ai léché son sexe humide. Elle m’a dit, “Montrez-moi vos paumes”. J’ai levé les mains vers elle et j’ai léché jusqu’à ce qu’elle jouisse. *** *** *** ***Lundi matin, Madame, arrive dans la cuisine pour discuter des menus de la semaine avec Marthe, la cuisinière. Je me lève et reste debout, Janine (la bonne) aussi. Quand elles ont finit, Madame lui demande, “Pas de problèmes avec les filles?” (c’est nous). “Janine est très bien”, lui répond Marthe, “mais celle-ci (moi!) a été désagréable avec César.” Je deviens un peu rouge. César, c’est le jardinier, un gros type d’une cinquantaine d’années, laid, sale et lubrique, la totale, quoi. Madame me regarde, faut que je lui explique, “Mais…il me met la main aux fesses, chaque fois qu’on se croise et quand je lui ai dit d’arrêter, il m’a répondu, “Toi tu vas me sucer la bite dans pas longtemps…” “Et que lui avez vous répondu? ” “… euh… je lui ai dit : dans tes rêves, bouffon!” Madame soupire, “César est un excellent jardinier et je lui donne le droit de tirer les bonniches si elles lui plaisent.” Marthe intervient, “Elle est polie avec vous, Madame, mais avec César ou Janine elle peut être très désagréable.” Madame me dit, “Vous savez où vous vous situez dans la hiérarchie du personnel?” La hiérarchie?? Voila autre chose! “En bas avec Jeannine et le jardiner, Madame.” “Janine va devenir mon employée et César est presque un ami, en dessous de vous, il n’y a plus personne, les chiens peut être, et encore…”. Tout en bas…avec les chiens? Tant mieux! Ils sont gentils les chiens, ils me font des mamours quand je leur apporte à manger dans leurs grand enclos…et puis ils viennent mettre leurs nez sous ma jupe…”. “Vous vous êtes conduite comme une gamine mal élevée avec César. Je vais donc vous traitez, comme une gamine mal élevée.” Marthe approuve, “Une bonne fessée lui ferait du bien!”. Janine sourit de toutes ses dents! Madame dit, “On fera ça samedi après midi, il y aura Iris et sa bande de copains”. kaçak iddaa Iris!!! Et ses copains!!! Je dis en pleurnichant, “Je devrai attendre jusqu’à samedi, Madame??” “Pourquoi, vous êtes pressée? Oui, samedi, en public et d’ici là vous savez ce qui vous pend au nez, je veux dire au cul!” Tout le monde rit, sauf moi!! Elle ajoute, “Et puis, cet après midi on ira voir César et vous vous excuserez d’avoir été aussi désagréable” Je baisse la tête. L’après midi, en faisant les corvées que Marthe m’a donné, j’attends Madame. Elle ne descend que vers 4 h. “Prête pour les excuses, Mathilde?” “Oui, Madame.” Dans le jardin, César arrive à notre rencontre. Il a toujours un mégot de cigarette à la bouche et crache souvent, ce que je trouve répugnant. Madame et lui parlent plantes, fleurs, engrais… Enfin, Madame se décide, “Il y a la petite qui n’a pas été très polie avec vous, elle a des excuses à vous faire.” César se tourne vers moi en souriant, ses dents sont toutes jaunes, pouah! “Je vous prie de m’excuser Monsieur César, j’ai été très impolie avec vous. Je vous promet que ça n’arrivera plus.” Madame me regarde, “Pas très sincères vos excuses, mais bon, ça se réglera samedi”. Puis à César, “Je crois que vous lui aviez promis une pipe? Il ne faut pas la décevoir” Je regarde Madame d’un air suppliant, mais elle dit sèchement, “A genoux immédiatement! Les mains croisées dans le dos.” Je tombe me mets à genoux, le visage devant la grosse bosse que fait le sexe de César. Il ouvre son pantalon et le descends jusqu’ aux chevilles. Il n’a pas de caleçon et son gros sexe vient dodeliner sous mon nez. Son odeur de sueur rance et d’urine est très forte. Madame renifle et lui dît, “Vous n’avez pas pris beaucoup de douches ces temps-ci, César?” Il prend un accent paysan, “C’est que j’aime point trop l’eau, Madame la Comtesse!” Ils rient tous les deux! “La petite va vous la laver avec sa langue rose.”, dit Madame. Beeuuuhh!! Sucer ce goret!!! Déjà, il promène le bout mouillé de son gland sur mon visage en disant, “J’marque mon territoire!” Il tire sur la peau pour dégager le gland… Au secours!!! Il y a un peu de smegma entre le gland et la peau retroussée. Un seul moyen pour ne plus me retrouver nez à nez avec ce sexe dégoûtant : le prendre en bouche. Le goût est aussi fort que l’odeur. Surtout ne pas avoir de haut le cœur. A chaque va et vient j’ai le nez dans ses poils et son gland au fond de la gorge. Qu’il jouisse vite… et que ça s’arrête. J’aperçois, Madame qui a relevé sa jupe et se caresse. Le spectacle lui plait beaucoup manifestement. Tout à coup, elle dit, “A mon tour, César, venez me baiser!” Madame s’est mise à 4 pattes, jupe retroussée et culotte baissée. César sort son sexe de ma bouche et va s’agenouiller derrière elle. Ah, ben ça! Madame et son jardinier… Madame et un goret!! Au moins, grâce à ça j’échapperai aux giclées de foutre dans la gorge… César la baise en force, les mains agrippées à ses fesses. Je vois bien le gros sexe s’enfoncer dans le vagin de Madame. Heureusement pour elle que je l’ai rendu tout propre… Les coups de reins s’accélèrent et bientôt, il jouit en poussant des grognements de bête, genre goret!! Hélas, les choses ne se terminent pas comme prévu pour moi, car Madame, la main en conque sur sa chatte, m’ordonne de me coucher sur le dos, puis elle s’accroupi au dessus de moi, son sexe tout baveux sur ma bouche …. “Suce!!” dit-elle. Pouah!!! Pendant que je suce son vagin rempli de sperme, Madame “pousse” pour tout faire sortir. Je n’avale pas assez vite, ça me ressort par le nez, je tousse… ça énerve kaçak bahis Madame qui s’assied carrément sur mon visage. Elle se tortille un peu, puis se relève et me regarde, “Qu’est ce qu’on dit Mathilde”. “Merci Madame, merci Monsieur César et pardon de vous avoir parlé grossièrement.” *** *** *** *** En général, Madame se lève du pied gauche. Le matin elle est de méchante humeur et elle a la main leste. Je reçois une claque pour un rien et il ne s’agit pas d’essayer de l’esquiver… Je fais attention à tout. “C’est comme ça qu’on devient une bonne stylée!”, dit-elle. Je sors souvent de la chambre les joues en feu et les yeux rouges. Et puis parfois, comme ce matin, elle est de bonne humeur. J’installe son déjeuner sur son lit, elle commence à manger un croissant. Quelle que soit son humeur, Madame aime que je mange ses restes. Elle mâchonne un bout de croissant, puis me le donne à manger. “C’est meilleur quand je l’ai maché?”, me demande-t elle. “Oui Madame.”. Elle crache dans sa paume, me la tend et je lèche. “Rien de ce qui vient de moi ne te dégoûte ” Si, bien sûr, mais prudemment, je réponds, “Non Madame.” Elle va dans son nez… et je prends en bouche ce qui sur son doigt. Elle recommence dans l’autre narine et avec un air mi-dégoûté, mi-amusé, elle me dit, “T’es vraiment une petite truie! Je vais faire des économies de kleenex avec toi.” Bien sûr, c’est moi, la petite truie! Je lui dis, “Madame est de bonne humeur ce matin.” “J’ai eu une bonne nouvelle, c’est le moment d’en profiter, Mathilde, ça n’arrive pas tous les jours.” “Je sais, Madame!”, je lui réponds, en me frottant la joue. Elle sourit et me dit, “Alors sucer César, ça a dû te plaire?” Vu sa bonne humeur, je réponds la vérité, “Oh, non Madame, il est vraiment trop sale”. “C’est les gens de la campagne, ça! Moi quand je ne suis pas lavée, ça n’a pas l’air de te déplaire… ” “Madame c’est comme comparer sucer un goret avec lécher la chatte de…de…d’une Madone de Botticelli!” Là, Madame rit de bon coeur. “Une Madone, moi!!! T’es vraiment une sotte”. Elle s’étire, tourne son visage et renifle son aisselle, en disant, “C’est vrai que je sens bon”. Une phrase du “Lys de mer” de Mandiargues me revient en tête “Une odeur telle que le roi Salomon a du s’en mettre plein le nez aux aisselles de la reine de Saba”. Je répète la phrase à Madame. Elle lève les 2 bras et me dit, “Vérifie, si c’est comme la Reine de Saba!” Je vais sentir une aisselle, puis l’autre. Quand elle en a marre, elle me donne une petite claque sur la tête, mais elle n’est pas fâchée. Heureusement. J’en profite pour lui demander, “Je peux vous poser 2 questions Madame?” Elle me fait signe, oui. “C’est la première fois que vous faites ça avec César?” “Non, pas du tout, mais avant qu’il ne me pénètre, je le fais toujours lécher par quelqu’un, je n’ai pas envie d’avoir une bite sale dans la chatte. Si ce n’est pas toi, ça peut être Janine ou… Monsieur.” Alors là, je suis stupéfaite!! J’imagine Monsieur, si élégant dans son costume prince de Galles, suçant la bite sale de ce troll de César. Je sais que c’est Madame qui porte la culotte, mais je ne pensais pas, à ce point là! “D’habitude,” dit-elle, “C’est sur son visage que je m’accroupi quand on a joui en moi. Comme ça il n’oublie sa position… Bon, assez de question!” Du doigt, elle me désigne sa chatte. Alors je glisse mon visage contre sa chatte et ma langue remonte entre ses lèvres. Pendant que je la lèche, elle dit, “J’ai décidé que tu allais donner un coup de main à César dans le jardin, vous lui plaisez. Je lui demanderai, s’il est content de vous. Tache que ce soit le cas, sinon je pourrais ne plus être aussi gentille. Tu as compris, Mathilde?” Je réponds, “Voui… M’dame.”, depuis sa chatte. De nouveau le jardinier….pppfffff!! (gros soupir). A suivre.

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan siz olun

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

illegal bahis canlı bahis siteleri casino siteleri canlı bahis kaçak bahis bahis siteleri bursa escort görükle escort bursa escort gaziantep rus escort antep escort gaziantep escort izmir escort maltepe escort