İçeriğe geçmek için "Enter"a basın

Tatie Q : Chapitre 1 et 2 réunis

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Creampie

Tatie Q : Chapitre 1 et 2 réunisSuite et vraisemblablement pas fin de l’interlude 3 – Tatie Q.Je reprend ici l’interlude de tatie Q qui s’avère devenir plus que cela. Pour ceux qui le découvre, je remet le texte de départ en chapitre 1. Ceux qui connaissent déjà peuvent directement aller au chapitre 2 pour découvrir la suite de l’aventure.Présentation :Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours connu tatie Q. Elle n’était pas ma vrai tante mais une vieille amie de la famille via des histoires de bébés et d’entraide à la fin de la seconde guerre mondiale. Elle m’a donc connu bébé puis enfant, adolescent et faisait parti des invités pour mon mariage. Bien évidemment, il fut un temps lointain ou j’ai pu reluquer son corps sur les plages bretonnes ou nous allions la rejoindre dans sa maison en bord de mer. Un mètre cinquante trois, pas bien épaisse avec de petits seins et un postérieur pas bien volumineux non plus mais quand on est adolescent, on laisse traîner les yeux partout sans faire de tri. Je n’avais réussi à voir ses seins qu’une fois l’été de mes quinze ans sans que cela me passionne plus que cela. Je l’avais bien associer à une ou deux masturbations mais je finissais en général par la remplacer par une de mes cousines avant de jouir en silence dans la salle de bain ou au fond de mon lit. Bref, c’était tatie Q.Q pour Quermen mais tout le monde disais tatie Q et c’est devenue son nom. Je n’ai même jamais connu son prénom avant ce matin : Brigitte Quermen.Cette tatie qui n’en était pas une habite depuis toujours dans la petite ville ou je suis installé depuis quelques années maintenant. Son mari est mort il y a une vingtaine d’année et elle vivote tranquillement dans son petit appartement. Je la voyait régulièrement chez ma mère ou en ville et, lorsqu’elle avait besoin de quelqu’un pour un petit dépannage, elle faisait appel a moi. Réparation de sonnette, fixation d’étagère, déplacement de meuble et autre dépannage ou installation en tout genre.Rien d’inhabituel donc pour des relations entre une tatie et l’équivalent pour elle d’un petit-cousin éloignée, toujours disponible et serviable.Chapitre 1 : Jour 21 du confinement.Je dois aller faire quelques courses et je lui téléphone afin de savoir si elle a besoin de quelques chose. La liste arrive par SMS. Yaourt, légumes et liquide vaisselle se rajoute donc à ma propre liste et je pars accomplir ma mission. Me voilà donc devant sa porte a onze heure tapante avec le sac de madame. Je rentre et range les courses moi-même dans le frigidaire et les placards en restant soigneusement à distance et m’apprête a partir lorsqu’elle me demande si je peux l’aider avec la télé de sa chambre qui ne s’allume plus. Le lecteur dvd marche toujours mais pas la télé. C’est ainsi que je me retrouve a genoux derrière un écran géant entrain de vérifier les branchements des câbles. Rien de ce coté. Je vais donc vérifier le fusible, rien non plus et j’avoue à la pauvre tatie que je ne vois pas trop ce que ça pourrait être. Je retourne tout de même dans la chambre pour revérifier les branchements. Il y a une multiprise branché sur une autre multiprise et le voyant est éteint. Allumage, rallumage mais rien a faire, cela ne marche pas. Durant tout ce temps, tatie a diminué petit a petit la distanciation sociale et se retrouve presque collé a moi. Lorsque je lui demande si elle a une autre multiprise quelque part, je ne peux m’empêcher de regarder son petit cul de vieille. 21 jours que je ne baisse que par écran interposé et je matte le cul de tatie cul. Il est urgent que le confinement cesse au plus vite. Lorsqu’elle revient avec la prise, je lui demande si elle peux me faire un petit café puisque de toute façon c’est mort pour les distances de sécurité. Elle repart donc en cuisine pendant que je débranche et rebranche les câbles pendant qu’elle allume la machine expresso. Au moment ou tatie arrive derrière moi pour s’enquérir du résultat de mes branchement, la télé se rallume enfin. Sur l’écran géant devant moi apparaît l’image figé d’une mamie qui suce une bite d’un air gourmand. Tatie Q s’écrit « oh mon dieu » et se précipite sur la télécommande posé sur son lit. Elle s’emmêle dans les boutons et la mamie suce de plus belle jusqu’à prendre une giclée de sperme en plein dans sa bouche grande ouverte et l’écran devient noir. « oh mon dieu, oh mon dieu… » Tatie Q est assise sur son lit avec la tête entre les mains. Je rassure comme je peux en disant que c’est normal et naturel et que c’est pas grave, que je ne dirais rien et patati et patata…« Je suis navré que anadolu yakası escort tu découvre cela sur moi. Oh mon dieu. Qu’est-ce que les gens vont dire ? »Je suis a genoux devant elle avec les mains sur les cuisses et déjà une idée précise de ce que j’envisage pour la suite de la matinée. « Ne t’inquiète pas tatie, je viens de te dire que je n’en parlerai a personne »« Oui mais toi. Qu’est-ce que tu va penser de moi ? Oh mon dieu, je n’oserai plus jamais te demander quelque-chose »Et puis merde, je me lance…En quelques secondes, je me redresse, déboutonne ma braguette et sort mon sexe encore un peu mou pour l’instant.« Oh mon dieu, oh mon dieu » et je lui met dans la bouche. « Va-s’y tatie, j’en ai aussi envie que toi »Elle descend mon pantalon et mon slip sur mes genoux, prend mes couilles en mains, relève la tête et me dit « ne m’appelle pas tatie s’il te plaît. Appelle moi Brigitte pour une fois. » Puis elle recommence a me sucer tout doucement. Je ramasse la télécommande et redémarre le film ou une nouvelle scène a lieu. La mamie est allongée sur son lit et le pseudo jardinier lui bine soigneusement la motte avec son manche. J’écarte un peu Brigitte et lui montre ce qui se passe à l’écran. Elle acquiesce de suite et nous nous déshabillons rapidement. Ses petits seins sont devenus des gants de toilettes et sa peau est un peu fripé mais elle est très bien conserver pour une femme de 73 ans. Un tatouage passé a la forme franchement indéfini dépasse de sa toison grise et clairsemé. Je me penche et prend se tétons en bouche l’un après l’autre mais elle me pousse rapidement la tête entre ses jambes. Je vous laisse imaginé un vieux pruneaux bien rabougri et vous voyez ce que je commence a lécher. J’arrive bien a lui ouvrir les lèvres et a faire sortir un peu son bouton mais même avec beaucoup de passage de langue et de salive soigneusement étalé, je n’arrive pas a introduire plus que le bout d’un doigt dans son trou. « Oh mon dieu, oh mon dieu. Attend un instant. » et elle se précipite vers sa table de nuit pour extraire d’un tiroir un tube de lubrifiant. J’ai le temps d’apercevoir une petite collection de vibromasseur avant qu’elle ne referme le tiroir. Elle se replace sur le lit en position allongée avec la tête près de mon sexe tendue. J’appuie sur ma bite pour la faire entré dans sa bouche pendant qu’elle étale généreusement le lubrifiant sur son pruneaux et s’introduit un puis deux doigts. Je la regarde de haut. Son corps défraîchi m’excite et me dégoutte un peu en même temps. Ses bras et ses jambes sont tout flapi, son ventre et comme un matelas gonflable tout dégonflé et néanmoins je bande dans sa bouche et regarde ses doigts qui fouille son sexe avec envie. Elle me relâche et tourne son bassin vers moi. « Fais doucement, je ne suis plus toute jeune et ça fait longtemps que ça ne m’est plus arrivé. »Je bande tellement dure que je suis obligé de tordre mon sexe vers le bas pour arriver a me placer correctement. Brigitte me met une grosse noisette de lubrifiant sur le gland puis écarte ses lèvres. Je pousse aussi précautionneusement que possible mais aucun souci. Ma bite rentre jusqu’au fond d’un seul mouvement de bassin.« Oh mon dieu, oh mon dieu » et je fais aller et venir mon sexe aussi tendrement que possible alors que l’envie de la pilonner comme une dominée me sers les couilles comme pas permis. Je comprend bien qu’il faut que je fasse attention a elle plus qu’a toute autre et je continue mes tendres mouvements. Les oh mon dieu s’accélèrent et je me cale sur eux pour finir par une baise de plus en plus intense. Mon dieu disparaît et il ne reste que les oh de plus en plus aigu et fort. Je ne contrôle plus rien et calé au plus profond de Brigitte, je joui et éjacule fortement. Les jets de sperme semble s’enchaînait sans cesse et je sens le doux resserrement de sa chatte sur mon sexe qui débande déjà. Son ventre détendue est secoué de spasmes qui rendent tout corps magnifique. Je sors ma bite dans un POP poisseux et vois le mélange de lubrifiant et de jus qui lui déborde du con. Elle est allongé sur le lit, les bras en croix et les cheveux défaits tandis qu’un sourire extatique illumine son visage. Je m’écroule a ses cotés, att**** la télécommande et arrête les ébats de la mamie à l’écran qui est maintenant avec deux plombier sur la table de sa cuisine.Après quelques instant, Brigitte me dit « Tu es certainement la dernière personne avec qui j’imaginais faire l’amour un jour. »« Sincèrement, c’est la même chose pour moi. C’est a cause ataşehir escort du confinement, on craque et on fait des choses qu’on aurait pas fait normalement. »« Vive le confinement alors. J’étais sur de ne plus faire l’amour jusqu’à ma mort. Je n’a pas approché un homme depuis plus de 21 ans tu sais. Oh mon dieu, qu’est-ce que j’ai fait ? »Pour la rassurer et pour qu’elle cesse de se poser des questions a voix haute, je l’embrasse. Un vrai baiser d’amoureux. Puis je la prend par la main et nous allons dans la salle de bain. J’ai installé la douche a l’italienne il y a maintenant cinq ans a la place de la baignoire. Nous nous glissons sous le rideau de pluie et je la lave avec un maximum de tendresse. Elle me rend la pareil et bien évidement je rebande rapidement. Je lui propose de retourner dans la chambre mais elle m’explique qu’il va sûrement lui falloir quelques jours pour se remettre de ce qui vient de se passer. J’arrête l’eau et me dirige vers le serviettes quand elle me dit « attend ». Elle s’assoit sur le banc de carrelage et me prend par le sexe pour me rapprocher d’elle. Ses mains caresse un instant ma bite tendue devant son visage. Elle lève les yeux et me regarde en prenant une grande inspiration comme pour prendre du courage. Sa bouche s’ouvre et m’avale doucement. Elle met beaucoup de salive et suce vraiment doucement pendant un instant avant de demander en me regardant dans les yeux. « Tu veux que je fasse plus vite ? Comme dans le film ? »Chapitre 2 : L’agneau de pâques.Depuis mon passage chez tatie Q, je repensais bien sur beaucoup a ce qui s’était passé. Je n’ai pas osé la rappeler ni lui envoyer un message depuis car je ne savais pas trop comment elle l’avait pris avec le recul. J’hésitais a plusieurs reprises devant mon téléphone mais rien à faire. J’avais quand même baisé tatie Q. Plus précisément j’avais quand même baisé la vieille tatie Q. Alors que je me branler en imaginant une suite possible, un SMS est arrivé de sa part pour me demander de lui trouver un bon morceau d’agneau pour pâques. Aucune allusion, aucune précision. Impossible de debander a cause de mon cookring mais j’ai rangé ma bite comme je pouvais dans mon pantalon, imprimé mon autorisation de sortie et suis parti faire les courses. J’ai fait la queue devant le Monoprix et fait un petit panier pour le repas de pâques de tatie. Alors que je me dirigeai vers la caisse, un deuxième SMS a levé mes doutes sur la suite de cette aventure. – Prend du lubrifiant, je n’en ai plus beaucoup. Et un paquet de LR6 s’il te plaît -Je suis retourné en rayon ajouté la nouvelle demande.A peine sorti du magasin, je me suis dirigé chez ma vieille perverse sans repasser par la maison. Ascenseur, sonnette et la porte s’est ouverte sur Brigitte en peignoir. Son petit mètre cinquante était à peine dissimulé par le morceau de flanelle. Un petit baiser timide et je me suis dirigé vers la cuisine pour poser les courses. Une tension palpable régnait pendant que j’ai mis l’épaule d’agneau au four avec quelques pommes de terre. Nous nous sommes dirigé vers le salon et elle m’a servi un maxi whisky pour l’apéritif. Je n’avais pas eu le temps de débander entièrement pendant les courses et cela se voyait sur mon short de sport. Aucun de nous n’osait parler ou esquisser un geste. Tatie lorgnait sans vergogne sur la bosse douloureuse entre mes jambes. Après avoir posé son verre et puis une grande inspiration, elle se lança et dirigea ses mains vers mon sexe. Je levais mes fesses pour lui faciliter la tache pendant qu’elle me retirait mon short et mon slip. J’étais tendu a l’extrême. « Oh mon dieu qu’est-ce qu’elle est gonflé. On dirai que tu vas exploser. ».Pas le temps pour les chichis, j’ai pris sa tête pour la mettre en place et j’ai voulu baiser sa bouche. Elle s’est rapidement redressé « Pas comme ça. Laisse moi faire » et elle m’a mis les mains sur les cotés avant de me sucer doucement. Sa langue montait et descendait avec douceur. Sa main me masturbait tout aussi doucement et elle mangeait mon gland distendue par l’excitation et les deux heures de cookring. Je sentais que je n’allais pas tenir alors j’ai inversé la situation, ouvert son peignoir et me suis mis en place pour un cunni en règle. Je léchais son vieux pruneau et descendait lui titillé l’anus du bout de la langue. Une fois encore, elle repris les rênes et me remis en place sur son bouton en me tirant la tête. Je m’exécutais et me concentrais sur l’appendice. J’introduis alors un doigt dans sa chatte sans difficulté. Elle était nettement ümraniye escort plus mouillé que la dernière fois et cela s’amplifia encore lorsqu’elle jouit dans ma bouche avec force « oh mon dieu, oh mon dieu… » Immédiatement, je me redressais pour me placer a la bonne hauteur et tentait de la baiser direct. Malgré la mouille, je n’arrivai pas a glisser ma bite entre ses lèvres. « Attend… » Pendant qu’elle allait chercher le lubrifiant dans la cuisine, je me déshabillais rapidement. J’étais en mode rut quand elle se remit en place en étalant une bonne dose de gel sur nos sexes respectif. Je poussais sur mon engin tendu pour le glisser dans le trou qui n’attendait que cela. La position, la tension extrême de ma bite, le manque de souplesse des 73 ans de tatie… Cela ne marchait pas. Elle me repoussa et m’allongea sur le tapis avant de venir elle même s’empaler d’un seul coup de bassin. Sa bouche grande ouverte laissa échapper un petit « oh mon dieu » avant qu’elle ne commence a bouger sur moi avec de petits mouvements de bassin. Elle sortait régulièrement ma bite et la branlais un instant avant de se ré-empaler en poussant son petit « oh mon dieu » que je trouvais de plus en plus excitant. Je voyais ses petits seins mous bouger en rythme avec les mouvements de son bassin et trouvait cela terriblement beau. C’est alors qu’elle me secouait des deux mains hors de sa chatte que j’ai joui sans prévenir. Je jutais si fort que j’en pris deux fois dans le visage et sur le torse avant que Brigitte ne réagisse et n’ouvre la bouche pour avaler le reste. J’étais anéanti sur le tapis et incapable du moindre mouvement. Le cookring remplissant sont effet, je ne débandais pas immédiatement et Brigitte se remis en place sans plus s’occuper de moi. Je ne sais combien de temps cela dura ni combien de fois elle jouit avant de s’écrouler a mes cotés en soufflant son sexy « oh mon dieu ».L’alarme du four nous ramena a la raison et je me levais pour aller contrôler la cuisson du repas pendant que tatie se dirigeait vers la salle de bain. Je la rejoignis et nous nous rinçament sagement sans dire un mot. J’allais prendre mon whisky dans le salon et retournais en cuisine pour nous servir deux assiettes. Brigitte avait préparé la table sur le balcon. Je restais nue, elle aussi. De toute façon il n’y avait pas le moindre vis a vis et nous n’étions pas décider a en resté là. Après une rapide collation, je ramenais les assiettes vide dans la cuisine, préparais deux cafés et retournais sur le balcon ou Brigitte m’attendait. Les cafés refroidirent pendant que Brigitte me suçais a genoux. Direction sa chambre ou elle me tira en me tenant toujours par la bite. Elle me lâcha pour ouvrir le tiroir de sa table de nuit et en extraire un Vibro Hitachi. « Ça ne t’embête pas si je l’utilise en même temps que tu me baise ? » Je répondis par la négative et elle me poussa sur le lit en position allongé avant de reprendre le même petit jeu que tout à l’heure sur le tapis après m’avoir enduit de gel en quantité. La seule différence était le vrombissement de l’engin qu’elle tenait fermement en place contre son clitoris. J’avoue que sans l’aide du petit cercle de métal autour de ma bite je n’aurais peut-être pas réussi a reprendre aussi vite la tache qui m’était assigné. Je restais donc tranquillement allongé et regardé ma tatie se faire plaisir. Elle ne faisait que de minuscules mouvements de bassin en se branlant férocement avec son hitachi. Ses yeux flottaient dans le vague, sa bouche était grande ouverte et elle bavait légèrement en poussant de petit “oh” qui finirent par devenir des cris dont je ne l’imaginais pas capable. Si ses voisins avait le moindre doute sur ce qui pouvait se passer chez elle en ce moment, il venait d’être lever. Lorsqu’elle jouit en me comprimant le sexe de toute ses forces, son ventre et ses cuisses se tendirent brusquement pendant de longues secondes avant qu’elle ne s’écroule sur moi en laissant le vibro tombé du lit. D’un mouvement de bassin, elle sorti mon sexe du sien et s’écroula a mes cotés en soufflant comme un bûcheron. Avant qu’elle n’ouvre la bouche, je lui dis « Oui je sais. Oh mon dieu ». Un éclat de rire nous pris ensemble et toute la tension retomba d’un coup. Ma bite mit un peu de temps a retombé avant que je ne puisse retiré mon cookring sans trop de douleur. Brigitte me le pris des mains et le rangea dans son tiroir avec le vibro Hitachi. « Je le garde celui-là. Si tu veux le récupérer, il faudra revenir. »Nous sommes retourné sur le balcon boire notre café froid après qu’elle ai remis son peignoir et que je me sois rhabillé sans passer par la case douche. De retour chez moi, j’ai pris un bain pour me remettre de mes émotions. Ma bite me fait un peu mal et j’ai l’impression de m’être fait arracher les couilles. Sinon tout va bien. Dans la poche de ma veste j’ai une liste de course pour mercredi…

Ben Esra telefonda seni bosaltmami ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

İlk yorum yapan siz olun

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

illegal bahis canlı bahis siteleri casino siteleri canlı bahis kaçak bahis bahis siteleri bursa escort görükle escort bursa escort gaziantep rus escort antep escort gaziantep escort izmir escort maltepe escort